1e Juin – 30 Novembre 2020 : Fin de la saison cyclonique dans la région caribéenne et le Nord de l’atlantique

Officiellement, la saison cyclonique 2020 est terminée ce lundi 30 novembre 2020, dans la région caribéenne et le nord de l’atlantique. Cette année, cette période a été très active avec 31 phénomènes nommés tandis que les experts du centre des ouragans des Etats-Unis ont prévu environ 21 phénomènes pour cette saison cyclonique. C’est pour la seconde fois de l’histoire après la saison cyclonique de 2005 que la liste des noms prévus a été épuisée. Donc, ils sont obligés d’appliquer le protocole établi en utilisant les alphabets grecs pour nommer les autres phénomènes cycloniques au cours de cette période.

En ce qui concerne Haïti pour cette saison cyclonique, elle a été touchée par le passage de la tempête tropicale Laura qui a fait environ 31 morts, 8 disparus, 8 blessés et autres dégâts matériels selon le bilan de la Direction Générale de la Protection Civile. Par ailleurs, le sud de l’Amérique a été durement touché par le passage de l’ouragan Eta qui a fait environ 250 morts.

La saison cyclonique est terminée, cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas y avoir de phénomène météorologique. Donc, il est extrêmement important de rester informé sur la situation météorologique pour connaitre et appliquer les mesures de précaution en cas d’alerte.

Le rôle des entreprises du secteur privé et de la société civile dans la lutte contre le changement climatique

Les entreprises ont un rôle important à jouer pour lutter contre le changement climatique vu que certaines de leurs activités ont une grande influence sur le réchauffement du climat. Le journal Britannique « The Guardian » a pointé du doigt dans un rapport 20 entreprises exploitant des combustibles fossiles qui seraient responsables d’environ 480 milliards de tonnes de CO2 depuis 1965. De ce fait, par rapport à l’impact du changement sur tous les secteurs, les entreprises ont intérêt, non seulement à limiter leur empreinte de carbone dans l’atmosphère mais aussi à aider les autres secteurs à poser des actions concrètes dans cette lutte.

En ce qui concerne le niveau de développement industriel d’Haïti, les émissions du dioxyde de carbone (CO2) paraient insignifiant par rapport aux grandes puissances mondiales. Selon la Banque Mondiale, Haïti a émis 0,27 tonnes de CO2 en 2014. Cette faible émission de CO2 ne veut pas dire que ce pays va être faiblement affecté par les conséquences des changements climatiques. Vu que les conséquences des changements climatiques sont mondiales, donc votre niveau d’impact dépend du niveau de votre vulnérabilité. Nous savons pertinemment qu’Haïti se classe en première ligne des pays les plus vulnérables de la région caribéenne. Par conséquent, les entreprises évoluant en Haïti ont aussi un rôle crucial dans la lutte contre les changements climatiques.

Quelques actions concrètes des entreprises pour lutter contre les changements climatiques :

Comme nous pouvons le constater le climat se dégrade de jour en jour suite à nos différentes actions. Donc, c’est le moment de poser des actions concrètes parce que l’inaction finira par coûter bien plus chère dans la reconstruction.

  1. Limiter les émissions de CO2 dans l’atmosphère en passant de l’énergie non-renouvelable à l’énergie renouvelable ;
  2. Réduire la quantité de déchets produits au sein de l’entreprise ;
  3. Mettre en place de projets de développement durable pour nous permettre de nous adapter aux changements climatiques ;
  4. Faire de la pression sur le gouvernement pour adopter des politiques publiques liées à la lutte contre les changements climatiques ;
  5. Sensibiliser son personnel sur les bonnes pratiques ;
  6. Mettre en place des projets de transition énergétique ;
  7. Entre autres.

Il n’y aura pas de planète terre B pour aller se réfugier au moment où les conséquences deviendraient désastreuses. Si ce n’est pas nous, c’est qui ? et si ce n’est pas maintenant c’est quand ? Donc, c’est le moment d’agir.

Note de la DGPC : Installation du Dr Gérard Jerry CHANDLER comme Directeur Général de la Protection Civile

Le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT), M.Audain Fils BERNADEL, a procédé dans l’après-midi du vendredi 4 septembre à l’installation du Dr Gérard Jerry CHANDLER comme Directeur Général de la Protection Civile. Cette cérémonie s’est déroulée au Centre d’Opération d’Urgence Départemental de l’Ouest (COUD) à Torcelle, en présence notamment de differents coordonnateurs, d’employés de la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) et de représentants du Système National de Gestion des Risques et Désastres ( SNGRD), ainsi que des membres de la famille, des proches et sympathisants du nouveau Directeur Général.

Dans ses Propos de circonstance, le Ministre BERNADEL s’est réjoui de l’opportunité qui lui est offerte de procéder à l’installation du premier Directeur Général de la Protection Civile. Il a salué également le charisme et le savoir faire du Dr CHANDLER, qui connait déjà bien le système et qui n’a jamais marchandé ses efforts pour obtenir de probants résultats. Le Titulaire du MICT a par ailleurs indiqué que la décision d’élever la Protection Civile au rang de Direction Générale, est une décision conséquente, mûrement réfléchie et portée par le Président de la République S.E.M Jovenel MOISE et le Premier Ministre Joseph JOUTHE. Aussi, il a invité le Dr CHANDLER à faire oeuvre qui vaille et continuer à se montrer à la hauteur des attentes du gouvernement et de donner à la Protection Civile haitienne ses lettres de noblesse.

Pour sa part, le Dr Gérard Jerry CHANDLER a exprimé sa gratitude envers tous ceux qui ont contribué à faire de ce projet en gestation depuis de longues années, une réalité aujourd’hui. En ce sens, il a particulièrement remercié le Président de la République ainsi que le Premier Ministre et le Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales pour leur confiance renouvelée en sa personne, en le plaçant à la tête de la DGPC. Il a fait également part de son engagement et de ses dispositions à assumer pleinement ses nouvelles responsabilités et promet plus d’actions pour l’épanouissement de la Protection Civile et du Système National de Gestion des Risques et Désastres. Il a par ailleurs convié particulièrement ses collaborateurs directs et tout son personnel à avancer ensemble, afin de faire de la DGPC une structure modèle et respectée,
au regard même du concept mondial de la protection civile et travaillant au bénéfice de la population.

La Direction Générale de la Protection Civile, ci-devant Direction technique au sein du MICT depuis 1997, a été élevée au rang de Direction Générale par arrêté présidentiel en juin dernier. Alors direction technique, elle fut dirigée successivement par le Dr Yolène Surena, suivi de Mme Alta Jean Baptiste et de M.Jerry CHANDLER. Fraîchement nommé par arrêté présidentiel en date du 31 août 2020, le Dr Gérard J. CHANDLER est ainsi devenu le premier Directeur Général de la Protection Civile haitienne.

Fin.-

Lancement du grand concours sur la protection de l’environnement

La Alternative Insurance Company (AIC) de concert avec la Direction de la Protection Civile (DPC), l’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) et le Centre d’Entrepreneuriat et de Leadership en Haïti (CEDEL) a lancé la 3e édition de l’ATHENA qui est un grand concours sur la protection de l’environnement. Le thème retenu pour cette année est le suivant : « Agissons pour un changement de comportement et de transfert de risques ».
Le concours de cette année vise à travailler avec un réseau d’écoles dont dispose le CEDEL, l’un des partenaires de ce projet. La DPC et l’AGERCA vont travailler de concert dans le cadre de la formation en gestion des risques et des désastres des équipes participantes. Pour la troisième année consécutive, c’est un honneur pour l’AGERCA d’appuyer techniquement et de participer à la réalisation du projet ATHENA. Parmi les écoles de ce réseau nous pouvons citer : Le lycée Daniel Fignolé, le lycée Toussaint Louverture, le lycée Alexandre Pétion, le Collège Marie-Anne, le Collège Dominique Savio, l’école Acacia, le Collège Méthodiste de Frères et les autres. Dans le cadre de ce projet, les équipes auront à identifier une menace que fait face dans leur communauté et monter un projet pour permettre à leur communauté d’être plus résilience par rapport à cette menace.
Ce projet est un effort concret du secteur privé haïtien de contribuer dans la réduction des risques de catastrophe tout en impliquant la participation directe du secteur éducatif. En termes de responsabilité sociale des entreprises notamment dans la Gestion des Risques et des Désastres par rapport à la vulnérabilité d’Haïti, la AIC prend le dessus avec son implication dans ce secteur. De ce fait, l’AGERCA invite les autres entreprises d’une part à intégrer cette association (AGERCA) et d’autre part à s’impliquer activement dans la Gestion des Risques et des Désastres parce que Pwoteksyon Sivil se nou tout et danje a pou nou tout !

La plateforme internationale du secteur privé « ARISE » lancée en Haïti par l’AGERCA, la DPC, et l’UNISDR

L’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) de concert avec la Direction de la Protection Civile (DPC) et le Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophes (UNISDR), a lancé l’initiative ARISE en Haïti les 21 et 22 Mars derniers. En vertu de la Déclaration de Coopération signé par ces trois acteurs lors du lancement, le Réseau national ARISE sera piloté par l’AGERCA qui joue le rôle de Point Focal pour Haïti vis-à-vis au Réseau Mondial ARISE. Cette initiative a pour mission de créer des sociétés résilientes aux risques de catastrophes tout en dynamisant la collaboration du secteur privé et du secteur public et d’autres parties prenantes pour réussir l’objectif du cadre de Sendai: sensibiliser aux risques de catastrophe ; inciter la population à intégrer dans ses activités la réduction des risques de catastrophe pour sa résilience ; partager les connaissances entre les entreprises du secteur privé qui encouragent la réduction des risques de catastrophe dans leurs secteurs respectifs ; assurer la promotion du travail collaboratif et les partenariats public-privé ; et associer l’expertise du secteur privé à l’appui des plans nationaux visant à mettre en œuvre le cadre de Sendai.
A titre d’information, ARISE a été créée en 2015, à Genève, et compte actuellement plus de 140 sociétés et entreprises présentes dans plus de 150 pays à travers le monde. “ARISE” s’inscrit dans l’implémentation du “Cadre de Sendai (2015-2030)” qui cherche à renforcer le partenariat public-privé de sorte à ce qu’il devienne plus solide et efficace dans le domaine de la réduction des risques de catastrophes. Le Cadre de Sendai promeut fortement un plus grand investissement technique et financier du secteur privé dans les actions de réduction des risques de catastrophe.
Le lancement de ARISE en Haïti a débuté avec deux journées de formation pour les entreprises membres de l’AGERCA ainsi que les potentiels membres, sur l’analyse de la rentabilisation de la réduction des risques de catastrophes au sein des entreprises privées en Haïti. Cette formation a été animée par des formateurs de l’Institut Global d’Education et de Formation (GETI) basé à Seoul, en Corée du Sud. GETI est une institution de recherche spécialisée qui travaille en appui au Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophes (UNISDR). Cette formation de renforcement de capacité technique a été basée sur la construction de la résilience des entreprises en Haïti et l’identification des opportunités d’affaires lors des catastrophes.
L’AGERCA étant que la représentante du secteur privé des affaires au sein du Système National de Gestion des Risques et des Désastres, invite les autres entreprises à retrouver le groupe afin de participer dans la construction de la résilience des entreprises en Haïti.