Note de presse – L’AGERCA de concert avec la DGPC supporte le besoin de coordination pour la communauté internationale

L’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) en tant que représentant du secteur privé et de la Société civile au niveau du Système National de la Gestion des Risques et Désastres (SNGRD) continue à mettre tout en oeuvre pour apporter sa contribution dans la phase de réponse après le séisme du 14 Août dernier qui a frappé la péninsule Sud d’Haïti. A noter que le Centre d’Opération d’Urgence National (COUN) est une structure intégrante du SNGRD.

Ce séisme a directement affecté environ 690 000 personnes, ce qui représente 40 % de la population totale des trois départements touchés (Grand’Anse, Nippes, Sud).

En plus de la mobilisation au niveau local, l’AGERCA, de concert avec son partenaire la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC), supporte le besoin de coordination dans le cadre de la réponse pour la communauté internationale en facilitant la collecte et le transport de l’aide humanitaire venant de la diaspora haïtienne des États Unis vers Haïti gratuitement durant la période allant du 17 au 22 septembre 2021.

Depuis le début de la réponse, l’AGERCA et la DGPC sont en collaboration avec la plateforme “ONE Diaspora” qui regroupe des organisations de la diaspora haïtienne pour une meilleure coordination de la réponse en période d’urgence. Toutes les organisations de la diaspora haïtienne sont priées de s’inscrire afin d’apporter leur support et une meilleure coordination et rationalisation des secours à la communauté touchée.

L’AGERCA profite pour inviter une fois de plus toute la communauté de la Diaspora Haïtienne aux USA en générale à faire preuve de solidarité envers les victimes de ce séisme. Tous les dons peuvent être livrés aux deux adresses de SHIPPEX ci-dessous avec un label AGERCA/DPC. Ces dons seront distribués dans les trois départements sous la coordination de l’AGERCA et de la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC).

SHIPPEX MIAMI
Adresse
: 8441 NW 68th st, Miami, FL 33166
Téléphone : +1 786 318 7029

SHIPPEX NEW YORK
Adresse
: 136 N. Main st, Spring Valley, NY 10977
Téléphone : +1 845 598 0726

Cette initiative a trouvé le support incommensurable de SHIPPEX et de la ENMARCOLDA / CROWLEY.

Bureau des Mines et de l’Energie (BME) – Bulletin sismique pour la période allant du 1er au 31 Août 2021

Le bilan sismique pour la période allant du 1er au 31 août 2021, basé sur les événements enregistrés par les réseaux sismologiques nationaux (Ayiti-seismes et UTS) et régionaux (Cuba, Jamaïque et République Dominicaine), fait état de 595 séismes. L’activité sismique au cours de cette période est cependant dominée par la survenue, le 14 août 2021 à 8h 29mn 07s, heure locale (UTC – 4), d’un séisme de magnitude 7.2 sur l’échelle de Richter.

Selon les premiers calculs, l’épicentre de cet événement a été localisé sur le système de failles Enriquillo Plantain Garden à 18.49o de latitude nord et -73.59o de longitude ouest, à une profondeur de 10 km. Ce séisme s’est produit dans le département des Nippes, plus précisément dans la commune des Baradères à 12 km de Saint-Louis du Sud, 6 km de L’Azile et 10 km de Petit Trou de Nippes. Les répliques qui en résultent, au nombre de 578 au 31 août 2021, ont leur épicentre localisé sur les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse avec des magnitudes allant de 1.4 à 5.8. Elles risquent de se produire pendant encore plusieurs semaines à des fréquences et des magnitudes de plus en plus faibles. L’Unité Technique de Sismologie (UTS) du Bureau des Mines et de l’Energie (BME) rappelle donc à toute la population en général que la prudence est toujours de mise.

Depuis 2015, les données enregistrées par l’UTS montrent un réveil de l’activité sismique au niveau des segments de failles qui parcourent cette zone et qui semblent avoir été endormis depuis la séquence des répliques liés au tremblement de terre du 27 octobre 1952. Pour rappel, le mardi 13 octobre 2015, à 7h58 am, une panique a été déclenchée dans cette zone suite à une légère secousse sismique de magnitude 4.6. Cette dernière dont l’épicentre a été localisé en mer à 9 km au nord de la ville de Anse-à-Veau a été particulièrement ressentie dans les communes d’Anse-à-Veau, de Petite-Rivière de Nippes, de Baconnois et d’Arnaud. En 2019, ce département a été le 3e plus sollicité après le sud-est et l’ouest avec 26 séismes à son actif sur 301 au total.

L’année 2021 a déjà vu se produire 34 séismes de magnitude allant de 1.8 à 4.7 au niveau de ce même département jusqu’au mois de juillet. De telles observations indiquent un réveil des segments de failles qui parcourent cette zone et qui semblent avoir été endormis depuis la séquence des répliques du séisme du 27 octobre 1952. C’est donc dans le souci de contribuer à la prévention du risque sismique dans la zone de Anse-à-Veau que le projet « PRD ARES EQ risk Haïti » a été mis sur pied, en juin 2019, bien avant le séisme du 14 août, par l’Université de Liège, l’Université de Namur en Belgique et l’Unité de Recherche en Géosciences de la Faculté des Sciences de l’Université d’Etat d’Haïti, en collaboration avec le Bureau des Mines et de l’Energie. Deux thèses de doctorat sont en cours dans le cadre de ce projet : l’une, à l’Université de Liège, ayant pour objectif la construction de modèles géologiques pour la réalisation des simulations de secousses sismiques à l’aide de données géophysiques et d’outils géostatistiques au niveau de la commune de Anse-à-Veau et l’autre, à l’Université de Namur, axée sur le comportement social de la population par rapport au risque sismique.

Le séisme du 14 août 2021 s’est produit 11 ans après celui du 12 janvier 2010 et frappa la portion sud-ouest d’Haïti en touchant particulièrement 3 départements : la Grand’Anse, les Nippes et le Sud. Les effets notés sont des glissements de terrain, des chutes de blocs, des ruptures de sols en surface. Des dégâts énormes ont été enregistrés : 2248 morts, 12763 blessés, 329 personnes disparues 53815 maisons détruites et 83770 maisons endommagées, d’après le bilan de la Direction Générale de la Protection Civile. Des chiffres qui, d’un point de vue nominal, sont nettement inférieurs à ceux occasionnés par le séisme du 12 janvier 2010 mais élevés lorsque l’on considère la magnitude relativement modérée du séisme et la densité de population et des habitats dans les zones affectées.

Par ailleurs, si le séisme du 12 janvier 2010 a été une surprise pour la population haïtienne qui n’était pas habituée à ce phénomène naturel et dont la mémoire n’a pas été entretenue, celui du 14 août 2021 n’en était pas vraiment une, étant donné qu’il s’est produit 11 ans après le 12 janvier 2010 et moins de 3 ans après le séisme du 6 octobre 2018 qui a lieu dans le département du Nord-Ouest.

Les plus forts dommages ont été enregistrés dans le département du sud, en particulier les villes des Cayes, Camp-Perrin et Maniche. D’après la carte géologique au 1/250000 d’Haïti de Boisson et Momplaisir, 1987, les facies de la ville des Cayes et d’une bonne partie de Camp-Perrin et Maniche sont constitués par des alluvions quaternaires. Une étude de microzonage sismique de la ville des Cayes effectuée en 2014 par Betegard Jeudi a mis en évidence des sols de classe C dans les régions montagneuses dont les vitesses les plus élevées sont de l’ordre 650 m/s. Toujours selon cette même étude, les zones se trouvant en plaine sont encore plus fragiles avec des sols de classe D caractérisés par des vitesses allant de 180 à 350 m/s. Et des sols de catégorie E avec des vitesses atteignant 140 m/s sont aussi retrouvés au niveau des côtes (cf : Figure 3 ci-dessous). Ainsi, mis à part d’autres facteurs comme la qualité des constructions ou celle des matériaux utilisés pour ces constructions, la nature et la faible vitesse de ces sols constituent des paramètres ayant pu contribuer à la distribution des dégâts observés aux Cayes et dans des zones similaires.

AGERCA – Warning note for fundraising to assist earthquake victims August 14 (English version)

The Alliance for Risk Management and Continuity of Activities (AGERCA) would like to remind all public and private institutions and civil society its official role in representing private Sector and civil society organizations within the Risks and Disasters National Management System (SNGRD). Since 2008,in times of crises, AGERCA participates in the National Emergency Operations Center (COUN) to coordinate Private Sector actions in collaboration with the National Direction of Civil Protection (DGPC), Haitian national authority responsible for risk and disaster management.

The situation in the departments of Nippes, the South and the Grande Anse (Southern Peninsula) is catastrophic. As a result, AGERCA reiterates its call for solidarity to the Haitian population. All actions aiming to aid the victims of this earthquake should be conducted honestly and transparently. The victims must receive the collected donations directly. Nobody should undertake collection initiatives for personal ends.

AGERCA, in collaboration with the chambers of commerce and business associations, has established eight (8) donation collection centers in different parts of the metropolitan area in alignment with our partner the General Direction of Civil Protection (DGPC).

While saluting the other donation collection initiatives, AGERCA cautions everyone against the unauthorized use of its name, its staff members, and that of the DGPC in order to collect donations for the victims.

AGERCA also invites all companies and civil society organizations to remain vigilant and to carefully verify the aid requests that they receive.  We would like to remind everyone that it does not do any targeted aid requests. It has launched a global call for support without any demands to the institutions or individuals contributing funds through this process. The support of an institution or individual is voluntary.

AGERCA extends a special thank you to all its members for their contributions, as well as its partners supporting this initiative to provide aid to those in greatest need.  We have been humbly collaborating between public and private institutions to coordinate disaster responses and business continuity since 2008 and we happy to serve our Haitian communities.

AGERCA – Note de mise en garde pour les collectes de dons pour assister les victimes du séisme 14 août

L’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) veut rappeler à toutes les institutions publiques et privées et de la société civile qu’elle est mandatée officiellement pour représenter le Secteur Privé et la Société Civile au sein du Système National de Gestion des Risques et des Désastres (SNGRD). Depuis 2008, en temps de crise, l’AGERCA intervient au Centre d’Opérations d’Urgence National (COUN) dans le but de coordonner les actions du Secteur Privé de concert avec la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC), autorité nationale haïtienne chargée de coordonner la gestion des risques et des désastres.

Haïti est en train de vivre une situation de catastrophe dans les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse (Péninsule Sud). De ce fait, l’AGERCA réitère son appel à la solidarité à tous les niveaux de la population haïtienne. Toutes les actions visant à aider les victimes de ce tremblement de terre doivent être menées en toute honnêteté et transparence. Les victimes doivent recevoir directement les dons collectés. Personne ne devrait prendre des initiatives de collecte de dons à des fins personnelles.

L’AGERCA, en collaboration avec les chambres de commerce et associations patronales, a lancé un appel à l’aide via ses huit (8) points de collecte de dons éparpillés dans différents locaux de la zone métropolitaine avec le support de notre partenaire la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC).

Tout en saluant les différentes autres initiatives de collecte de dons, l’AGERCA lance une mise en garde à toute structure et à des particuliers qui utiliseraient son nom sans autorisation ou le nom de quiconque de ses cadres, ses membres ou celle de la DGPC dans le but de collecter des dons pour les victimes.

L’AGERCA invite les entreprises et les organisations de la société civile à rester vigilantes et à bien vérifier les demandes d’aide qu’elles reçoivent. Elle veut alerter tout le monde qu’elle ne fait pas de demande d’aide ciblée. Elle a lancé un appel à l’aide global sans exigence particulière aux institutions ou aux particuliers voulant contribuer à cette démarche. Le support d’une institution ou d’un particulier est volontaire.

L’AGERCA adresse un remerciement spécial à tous ses membres et potentiels membres pour leurs contributions ainsi qu’à tous ses partenaires officiels dans le cadre de cette initiative pour venir en aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin. Nous collaborons humblement entre les institutions publiques et privées pour coordonner les réponses aux catastrophes et la continuité des activités depuis 2008 et nous sommes heureux de servir nos communautés haïtiennes.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #10 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Les Nations unies et leurs partenaires ont lancé, ce mercredi 25 août, un appel de 187,3 millions de dollars pour fournir l’aide d’urgence à plus de 800 mille personnes touchées par le tremblement de terre du 14 août dans le Grand Sud du pays.

Les opérations de distributions massives et regroupées se poursuivent dans les zones affectées. La direction générale de la Protection civile, des agences des Nations unies et d’autres organisations internationales, ainsi que des pays amis ont transporté et distribué, rien qu’en passant par les structures de coordination, de l’aide des milliers de familles.

Le ministère de la Santé publique et de la Population poursuit ses interventions, de manière coordonnée, dans les trois départements directement touchés par le séisme (prise en charge des victimes, accès et continuité des services institutionnels et ambulatoires, acquisition et distribution d’intrants et de médicaments…), avec l’appui d’un nombre grandissant de partenaires.

Bilan partiel des dégâts

Bilan humain

Le bilan humain pour les trois départements est de 2 207 morts, 320 personnes disparues et 12 268 blessés. Le nombre de maisons détruites ou endommagées n’a pas changé depuis le dernier rapport.

Infrastructures

Infrastructures routières – Les ponts jetés sur la Grand’Anse, la Voldrogue, Guinaudée et Roseaux ont tous été endommagés par le tremblement de terre du 14 août. Le passage des véhicules sur le pont Dumarsais Estimé (rivière de la Grand’Anse) est interdit depuis environ une semaine. Les Travaux publics sont en train d’aménager une déviation via la localité de Gébeau, à l’entrée sud de la ville de Jérémie.

Par ailleurs, obstrué par un glissement de terrain, le tronçon reliant les localités de Latibolière et de Sassier, dans la 4e section communale de Jérémie, est toujours coupé.

Bâtiments publics – Dans la Grand’Anse, les complexes administratifs de Jérémie, de Beaumont et de Corail ; les commissariats de Jérémie (y compris la prison), de Pestel et de Corail ; le bureau électoral provisoire de Beaumont ont tous subi des dommages. Au total, dix commissariats de la Police national d’Haïti ont été détruits.

Infrastructures portuaires – Les wharfs de Jérémie et d’Anse d’Hainault (département de la Grand’Anse) sont fortement endommagés. Le quai de Corail est endommagé et celui de Pestel, détruit. Agriculture Culture.- Des pertes de jardins, détruits ou ensevelis, ont été signalées à Roseaux, aux Îles Cayemites et à Pestel (Grand’Anse). Il faut ajouter à cela, plusieurs hectares de terre cultivée inondées à la suite du passage du cyclone Grace.

Élevage – Des pertes de bétail ont été signalées à Roseaux, aux Îles Cayemites et à Pestel. Pêche.- Les communautés de pêcheurs ont perdu du matériel de pêche au niveau de ces trois commues.

Actions entreprises

Coordination et information du public

Les actions de contrôle, de supervision et de coordination sont conduites au quotidien au Centre d’opérations d’urgence national (COUN) et dans les trois centres départementaux qui sont activés. Ces derniers continuent d’accueillir des acteurs humanitaires, arrivés au pays pour apporter leur soutien à la coordination et les opérations sur le terrain.

Recherche et Sauvetage

La mission est maintenue, mais n’a pas évolué ces dernières 72 heures.

Abris temporaires

Un total de 858 bâches ont été distribués respectivement dans deux sections communales de Beaumont (Chardonnette et Mouline), à Duchity, dans la section communale de Tozia, et à Maniche, dans le Sud.

Assistance à la population

Les distributions groupées se poursuivent. Après une première expérience menée conjointement par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Unicef et le Programme alimentaire mondial (PAM), ces mêmes acteurs ont convoyé, ce 25 août vers Camp-Perrin (Sud), d’autres biens. La Protection civile haïtienne, de concert avec Armée Américaine, USAID, SouthCom et OCHA), a servi des familles à Maniche.

En dépit des contraintes liées à l’accès à certaines zones affectées par le tremblement de terre, la réponse se poursuit aussi dans la Grand’Anse. L’entrepôt d’urgence de la Protection civile départementale, le Fonds d’assistance économique et sociale (FAES), l’OIM et des dons de particuliers permettent d’atteindre les personnes affectées. Néanmoins, les besoins en matière d’abris ; d’eau, d’assainissement, et d’hygiène ; de nourriture et de prise en charge sanitaire demeurent toujours urgents dans plusieurs communautés.

Produits alimentaires – Le FAES a fourni 3 450 kits aliments et du pain, distribués aux personnes affectées à Jérémie, à Roseaux, Îles Cayemites, Corail et Marfranc. Dans le Sud, le FAES a distribué 2 550 kits alimentaires (Chantal, Ducis, 3e et 4e sections communales de Torbeck). Par ailleurs, le Programme alimentaire mondial a distribué des kits alimentaires à 1 510 familles, à Port-Salut et à Maniche, ainsi que 1 730 plats chauds.

Produits non-alimentaires – Entre le 23 et le 25 août, l’OIM, l’Unicef et le PAM ont assisté 2 200 familles respectivement à Melon (Maniche, Sud) et à Camp-Perrin (Sud). Les bénéficiaires ont reçu bâche, lots de produits d’hygiène, couverture et sceau.

La Protection civile haïtienne, de concert avec l’Armée Américaine, l’USAID, SouthCom et OCHA), a hélitransporté des tentes, des bâches, des couvertures de laine, des moustiquaires pour 1 000 familles à Maniche. Le maire de la commune, accompagné de policiers haïtiens, de volontaires de la Protection civile, d’une équipe de sapeurs-pompiers de Gressier, détachés dans le Sud, et d’un groupe d’étudiants volontaires, en a assuré la distribution.

À Maniche, à Camp-Perrin 1 473 lots de produits d’hygiène ont été distribués à des familles victimes du tremblement de terre du 14 août [CRS, World Vision, Concern Worldwide, Habitat, JPHRO et Core, DiakonieKatastrophenHilfe].

Eau, assainissement et hygiène

L’approvisionnement en eau est partiellement rétabli dans plusieurs communautés, grâce à la distribution direct de récipients d’eau, la mobilisation de camions citernes, l’installation de citernes souples (avec ou sans rampe de distribution) ou d’unités de potabilisation d’eau.

La Direction nationale de l’eau potable et de l’Assainissement (Dinepa) alimente régulièrement, au site de Papa Nouma (Cayes), une citerne souple d’une capacité de 2m3, installée par MSF Belgique, pour assurer l’accès à l’eau aux victimes du tremblement de terre. De nouveaux robinets seront ajoutés aux rampes de distribution des deux points d’eau du Parc Larco (Cayes), pour en augmenter la capacité.

L’office régional de l’eau et de l’assainissement (Orepa Sud) a installé, avec l’appui de MSF Belgique, une station de pompage dans la rivière de Chardonnières, qui permet, après traitement, d’approvisionner la population par camion ou en alimentant deux réservoirs de 5m3. Toutes les communes du département sont dotés de camions de distribution d‘eau potable [Unicef].

Dans les Nippes, la distribution de l’eau est également assurée par camion à Petit-Trou de Nippes [MSF Hollande].

Santé

Le 24 août, trois nouvelles organisations sont venues appuyer le ministère de la Santé publique et de la Population dans le Sud. Les blocs opérations de l’hôpital Immaculée Conception (HIC) des Cayes et de l’Ofatma bénéficient respectivement d’un appui supplémentaire de MSF France et de Cadena, avec 3 chirurgiens. Huit physiothérapeutes sont par ailleurs présents dans ces deux hôpitaux pour aider les patients – dont le cas le nécessite – à rétablir leur fonctionnement physique optimal.

Parallèlement les interventions (prise en charge des victimes, accès et continuité des services institutionnels et ambulatoires, acquisition et distribution d’intrants et de médicaments…) se poursuivent dans les trois départements directement touchés par le séisme.

Dans le Sud, au moins 340 patients ont été vus dans les hôpitaux et via les opérations de clinique mobile, dont 8 ont été opérés à l’hôpital mobile installé à l’Université américaine des Cayes. Plusieurs personnes ont reçu un appui psychosocial, dont 70 dans la section communale de Marceline, à Camp-Perrin [ACF, ESPERE]. De plus, des générateurs d’oxygène sont réparés et le département a reçu 26 concentrateurs d’oxygène [Project Hope].

Dans la Grand’Anse, l’hôpital Saint-Antoine continue de renforcer plusieurs de ses services, en personnel, matériel, médicaments. Le MSPP a organisé des cliniques mobiles à Pestel et à Corail {MSF France].

Enjeu – La sortie des hôpitaux des victimes du séisme, qui n’ont plus besoin de soins aigus, doit être gérée avec une attention optimale, en vue d’accompagner au mieux les patientes et les patients (suivi post-opératoire, kinésithérapie, santé mentale, abri temporaire pour certains…) et aussi éviter que les hôpitaux fonctionnent en surcapacité. Depuis le 14 août, des centaines de victimes du tremblement de terre ont été transportées hors de la région du Grand Sud, notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Deux centres de MSF Belgique et MFS France en ont reçu par exemple 196, dont des dizaines sont passés au bloc opératoire.

Infrastructures

Eau et assainissement – La Direction départementale de l’eau potable et d’assainissement du Sud multiplie les interventions pour rendre l’eau potable disponible dans les zones où ses réseaux ont subi des dommages. Une mission de 40 membres de la Sécurité civile française est arrivée ce mardi au centre d’opérations d’urgence départemental du Sud pour appuyer les actions en matière de traitement d’eau.

Protection

Mission en cours et précision au prochain rapport.

Assistance humanitaire internationale

Ce mercredi 25 août, les Nations unies et leurs partenaires ont lancé appel de 187,3 millions de dollars pour fournir l’aide d’urgence à plus de 800 mille personnes touchées par le tremblement de terre, notamment en matière d’abris, d’eau et d’assainissement, de santé d’urgence, de nourriture, de protection et de relèvement rapide. L’appel ciblera 500 000 personnes parmi les plus vulnérables des 650 000 personnes identifiées comme ayant besoin d’aide.

Recommandations

  • Continuer l’acheminement de l’aide humanitaire venant de Port-au-Prince vers le Grand Sud et étendre sa distribution, en se procurant les ressources logistiques adéquates, à toutes les communes et sections communales affectées par le séisme du 14 août.
  • Mettre en commun les ressources pour effectuer des distributions massives et planifiées afin d’éviter des situations de tension et de frustration de la part des personnes sinistrées.
  • Renforcer la présence des agents la PNH et des volontaires de la Protection civile pour améliorer la sécurité et garantir la réussite des distributions.
  • Renforcer la présence des secteurs au COUD afin de permettre une meilleure coordination avec les partenaires.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #9 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Signalées disparues, 24 personnes (4 enfants et 20 adultes), coincées à Pic Macaya, ont été retrouvées en vie une semaine après le tremblement de terre. Elles ont été transportées par hélicoptère à Camp-Perrin (Sud) pour être soignées. Elles ont reçu une assistance alimentaire et des kits hygiène.

Les répliques continuent de secouer le Grand Sud, dont une nouvelle de magnitude supérieure à 4, survenue, le dimanche 22 août en soirée, à quelques kilomètres de Baradères. Depuis le tremblement de terre du 14 août 2021, au moins 600 répliques, selon des scientifiques présents en Haïti, ont été enregistrées dans la région, provoquant, pour les plus importants, des mouvements de panique au sein de la population. Aux Cayes (Sud), certaines rues sont occupées, voire bloquées par moments, par des personnes qui ont peur de regagner leur domicile.

Le ministère des Travaux publics, Transport et Communication (MTPTC), poursuit les opérations de déblaiement et de ramassage des débris principalement dans le département du Sud. Au moins 4 communes ont été déjà touchées Maniche, Camp-Perrin, Cavaillon, les Cayes où des dizaines de milliers de mètres cubes de débris sont déjà enlevées.

Ces dernières 48 heures, plusieurs opérations d’acheminement et de distribution de l’assistance humanitaire n’ont pas pu être complétées en raison de certaines contraintes sécuritaires et logistiques. Le Centre d’opérations d’urgence national (COUN) appelle les acteurs humanitaires à une meilleure planification de ces opérations et demande la collaboration de toutes et de tous pour permettre aux communautés affectées de bénéficier de l’aide qui leur est destinée.

Actions entreprises

Coordination et information du public

Le COUN amorce encore plus la nouvelle étape de sa stratégie de distribution de l’aide. Celle-ci est coordonnée sur le terrain par les mairies, les conseils d’administration des sections communales et les structures de Protection civile dont ils ont la charge. Des hélicoptères de l’Armée américaine et des Nations Unies, des bateaux, des camions et des véhicules de terrain sont mobilisés à cet effet.

Cette opération d’envergure sera menée par la direction générale de la Protection civile (DGPC), de concert avec la Police nationale d’Haïti (PNH), dans les communes et sections communales, y compris les localités reculées ou isolées, où les besoins prioritaires persistent. Elle bénéficie également de l’appui d’OCHA et de l’USAID.

Recherche et Sauvetage

Un des groupes de sapeurs-pompiers du Cap-Haïtien (Nord) a bouclé ses opérations dans le Sud, le lundi 23 août 2021. La veille, l’équipe des sapeurs-pompiers de Jacmel (Sud-Est), sur place depuis le lundi 16 août, avait également mis fin à sa mission, aux Cayes, à Camp-Perrin et à Ducis (Sud). Le même jour, un groupe spécialisé de sapeurs-pompiers colombiens avait officiellement terminé ses interventions en Haïti. Parmi les équipes de sauvetage nationales, deux équipes sont toujours dans le Sud pour la poursuite des opérations de recherche et de sauvetage.

Sauvetage – Signalées disparues, 24 personnes (4 enfants et 20 adultes), coincées à Pic Macaya, ont été retrouvées en vie une semaine après le tremblement de terre. Elles ont été transportées par hélicoptère à Camp-Perrin (Sud) pour être soignées. Elles ont reçu une assistance alimentaire, des kits de cuisine et des kits hygiène fournis par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et Impact. Un agronome travaillant dans la zone a lancé l’alerte ayant permis à des institutions présentes sur place de mener cette opération.

Assistance à la population

Depuis le début de la gestion de la réponse, la DGPC a reçu et distribué des produits alimentaires, des produits d’hygiène, des matelas, des lampes solaires, de l’eau, des masques, des réservoirs pliables et d’autres produits. Les biens distribués par le COUN proviennent de l’entrepôt d’urgence et de dons en provenance de la République dominicaine, du Venezuela, du Mexique, de la Colombie, du Japon, du Chili, du Panama, du Costa Rica, de l’Espagne, du Brésil et l’Argentine. D’autres pays appuient plusieurs secteurs impliqués dans la gestion de l’urgence.

Les COU national et départementaux, qui sont activés, ont demandé aux acteurs humanitaires de se regrouper pour distribuer des quantités plus consistantes de biens et éviter ainsi de créer des frustrations en attirant un nombre de personnes affectées de loin plus important que la quantité de produits disponibles pour distribution.
Les informations en provenance des départements commencent à offrir une vue globale de l’assistance. Néanmoins certains acteurs, institutions ou particuliers, continuent de faire cavalier seul, en contournant les structures de coordination.

Abri temporaire – Le PADF a distribué 305 bâches et 100 lampes de poche à Chardonnière et Port-à Piment (Sud). À Chantal (centre-ville, 1re section communale Fond-Palmiste…) la Croix-Rouge haïtienne a remis un lot de biens comprenant une couverture de laine, des produits d’hygiène en sceau, une bâche, un jerrycan et des ustensiles de cuisine à 61 familles. Pour sa part, le CRS a un stock de bâches et de kits de cuisine capables de couvrir les besoins de 2 500 familles à Camp-Perrin, Maniche et Cavaillon (Sud).

Eau, assainissement et hygiène – La Direction nationale de l’eau potable et de l’Assainissement (Dinepa) a reçu 500 caisses d’eau et de boissons gazeuses de la compagnie privée Tropical SA. Son office régional (Orepa Sud) distribue de l’eau potable par camion, avec l’appui de l’Unicef.

Une autre compagnie privée, Culligan, a fait un don de 11 camions d’eau répartis entre différentes mairies de la région affectée. Le PADF a distribué 800 caisses d’eau et 5 kits sanitaires à Chardonnière et Port-à Piment.

JPHRO/CORE a distribué 481 kits d’urgence pour femmes, hommes et enfants à Cavaillon et Saint Louis du Sud. CRS va bientôt fournir des produits d’hygiène à 2 500 familles à Camp-Perrin, Maniche et Cavaillon (Sud).

Nourriture – Le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué 1 250 rations cuites dans différents hôpitaux de la région du Sud et 300 plats chauds dans la commune de Port Salut. Le PAM a également distribué de l’argent à 731 familles.

Santé

Le secteur santé a organisé, le dimanche 22 août, sous l’obédience du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) une réunion avec l’ensemble des partenaires intervenant dans la réponse sanitaire. Le ministère guide ces derniers et oriente leurs appuis vers les endroits où les besoins sont plus criants.

L’hôpital Immaculée Conception (HIC) et OFATMA des Cayes ont reçu des intrants médicaux de l’Unicef, pour la prise en charge des victimes du séisme. C’est le cas également de 8 autres structures sanitaires.

Infrastructures

Ramassage des débris – Le MTPTC poursuit les opérations de déblaiement, principalement dans le département du Sud. Au moins 4 communes ont été déjà touchées. Il s’agit de Maniche, Camp-Perrin, Cavaillon et les Cayes (opérations toujours en cours). Un important dispositif est mis en place pour accélérer le processus. Il dépend de la disponibilité de 2 500 gallons de carburant pour fonctionnent chaque jour.

Eau et assainissement – La Dinepa multiplie les interventions pour rendre l’eau potable disponible dans les zones où ses réseaux ont subi des dommages. Une mission de 40 membres de la Sécurité civile française est arrivée ce mardi au centre d’opérations d’urgence départemental du Sud pour appuyer les actions en matière de traitement d’eau.

Télécommunications – Le COUD du Sud est désormais doté d’un système satellitaire facilitant l’accès à Internet, grâce à un appui de Télécoms sans frontière.

Assistance humanitaire – Internationale

Ces dernières 48 heures, le COUN a reçu un appui de l’Espagne et du Brésil.

Recommandations

  • Accélérer l’acheminement de l’aide humanitaire venant de Port-au-Prince vers le Grand Sud et étendre sa distribution à toutes les communes et sections communales affectées par le séisme du 14 août, en se procurant les ressources logistiques adéquates.
  • Conduire l’évaluation des bâtiments dans les délais raisonnables en vue de permettre aux membres de la population de regagner leur domicile.
  • Mettre en commun les ressources pour effectuer des distributions massives et planifiées afin d’éviter des situations de tension et de frustration de la part des personnes sinistrées.
  • Renforcer la présence des agents la PNH et des volontaires de la Protection civile pour améliorer la sécurité et garantir la réussite des distributions.
  • Renforcer la présence des secteurs au COUD afin de permettre une meilleure coordination avec les partenaires.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #7 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Le Gouvernement haïtien continue de renforcer sa stratégie d’acheminement de l’aide vers la région du Sud pour accélérer la distribution de l’assistance à la population. L’expédition se fera désormais par voie marine, aérienne et terrestre.

Le bilan partiel du séisme passe à 2 189 morts, 332 disparus, 12 268 blessés, 52 953 maisons détruites et 77 006 maisons endommagées.

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) réitère son appel à l’aide concernant des intrants médicaux en vue de continuer à soigner les personnes blessées, les patientes et patients ayant subi une intervention chirurgicale et d’autres malades

Des constructions, fragilisées par le tremblement du 14 août 2021, se sont effondrées après la réplique de magnitude 4.85, enregistrée le mercredi 18 août à la mi-journée. Dans le Sud, les opérations de déblaiement se poursuivent, atteignant désormais les bâtiments publics.

Le Gouvernement américain annonce l’arrivée en Haïti de 200 marines à bord de l’USS Arlington, à partir du vendredi 20 août 2021. Cette mission vient en support aux victimes du cataclysme du 14 août 2021.

Bilan partiel des dégâts

Bilan humain

Le bilan du séisme n’est pas mis à jour dans le présent rapport. La journée a surtout servi à une grande mobilisation d’évaluateurs en vue de renforcer la mission, alors que les opérations de recherche et sauvetage se poursuivent sur le terrain.

Infrastructures

La Police nationale d’Haïti a pris de nouvelles dispositions pour fermer le pont Dumarsais Estimé à la circulation des automobiles et surtout des poids lourds. Auparavant, le passage de ces derniers y était interdit en raison de la fragilité de l’ouvrage. Les convois d’assistance humanitaire, en provenance de Port-au-Prince, ne peuvent pas arriver directement jusqu’à la ville de Jérémie.

Une déviation et un passage à gué temporaire devraient permettre de rétablir complètement le franchissement de la rivière de la Grand’Anse. Après les nombreux mouvements de terrain provoqué par le tremblement de terrain dans le Sud, la Grand’Anse et les Nippes, et l’aggravation de la situation par le passage du cyclone Grace sur la péninsule Sud.

Actions entreprises

Coordination

Les actions de contrôle, de supervision et de coordination sont conduites au quotidien au Centre d’opérations d’urgence national et dans les trois centres départementaux qui sont activés. Ces derniers accueillent de plus en plus d’acteurs humanitaires, arrivés au pays pour apporter leur soutenir la coordination, les opérations sur le terrain, incluant les évaluations rapides.

Information du public

Depuis le séisme, 7 conférences et points de presse ont été donnés par le gouvernement et le Centre d’opérations d’urgence national. L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la population, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Recherche et Sauvetage

Des opérations de recherches et de sauvetage sont conduites tant dans les grands centres urbains que dans les zones reculées. Une équipe haïtienne, composée de brigadiers volontaires de la Protection civile, de sapeurs-pompiers et techniciens des Travaux publics s’est rendue à Ducis pour porter secours à la population locale, après plusieurs opérations menées aux Cayes (sud). Parallèlement des équipes étrangères, déjà sur place ou en train d’arriver, renforcent la mission dans les trois départements les plus touchés.

Protection civile, de sapeurs-pompiers et techniciens des Travaux publics s’est rendue à Ducis pour porter secours à la population locale, après plusieurs opérations menées aux Cayes (sud). Parallèlement des équipes étrangères, déjà sur place ou en train d’arriver, renforcent la mission dans les trois départements les plus touchés.

Assistance à la population

Dans les convois humanitaires du 18 et 19 août, le COUN a envoyé 600 kits alimentaires et 300 kits d’hygiène qui seront distribués aux populations d’Aquin, de Saint Louis du Sud et des Cayes (Sud) ; le Programme alimentaire mondial (PAM), 3,15 tonnes de riz et 790 kilogrammes de pois ; et l’OIM, 3 000 kits d’hygiène, 2 500 couvertures, 400 kits de réparation et 500 bâches pour la population des Cayes (Sud) et de Miragoâne (Nippes).

Ces dernières 48 heures, 1 319 bâches, 1 141 kits d’hygiène et 1 400 couvertures ont été distribués par des partenaires humanitaires dans les trois départements les plus touchés. Dans la Grand‘Anse, 1 050 familles ont reçu 5 000 gourdes chacune dans les communes les plus touchées.

Un hélicoptère de la Croix-Rouge a atterri à Corail, dans la Grand’Anse, où des agents de l’USAID ont fourni de l’assistance aux blessés. Ces derniers ont promis de faire un don d’une génératrice à l’hôpital saint Pierre de Corail.
La Croix-Rouge a également procédé à des distributions à 100 familles à Torbeck, à raison de 3 couvertures, 1 seau et 1 kit d’hygiène par famille, et à 186 familles, identifiée dans une dizaine de localités de Saint-Louis du Sud (1 kit d’hygiène, 1 couverture de laine, 1 bâche et 1 jerrycan pour chaque famille).

Dans le Sud, 27 500 familles devront recevoir, le samedi 21 août, des kits alimentaires, des kits d’hygiène et des bâches dans les communes de Camp-Perrin, Maniche et Cavaillon.

Santé

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) réitère son appel à l’aide concernant des intrants médicaux pour soigner les blessés, les patientes et les patients ayant subi des interventions chirurgicales et d’autres malades.

Par ailleurs, le MSPP exige que les manifestations d’intérêt soient traitées avant même l’envoi de dons médicaux afin d’éviter notamment les articles inappropriés pour le moment ou des médicaments périmés. Des dons en autonomie énergétique seraient aussi les bienvenus.

Pour pallier les difficultés rencontrés sur le terrain, des partenaires d’appui en santé ont déployé, dans la Grand’Anse, des équipes munies d’intrants et du personnel pour soigner les blessés.

Toujours dans les départements affectés, des évaluateurs du secteur santé sont en train de compléter les listes de patients hospitalisés, les types de blessures contractés et les données démographiques des patients. Ces évaluations prennent aussi en compte le niveau de dommages subis par les établissements de santé et leurs besoins.

Le MSPP a installé une tente de 27 m2 à l’aéroport des Cayes pour le triage des blessés accueillis. Les blessés graves sont transportés à l’hôpital universitaire de Mirebalais (Centre) par Haïti Ambulance. Ces dernières 24 heures, la Croix-Rouge haïtienne a rapporté le transport de 9 blessés vers les hôpitaux Bernard Mevs et Saint Camille, dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince (Ouest).

Au COUD de la Grand’Anse, le secteur Santé a prévu, ce jeudi matin, de fournir un soutien orthopédique aux blessés.

Protection

Selon un rapport de l’Institut du bien-être social et de recherche (IBESR), les sept maisons d’enfants des Nippes ont besoin chacune de 400 kits alimentaires et 200 kits d’hygiène pour faire face à cette situation de crise. Aussi, pour éviter que les enfants ne dorment dans les maisons pendant la réplique, l’IBESR a sollicité l’appui de partenaires pour vingt-quatre (24) grandes tentes, à défaut, 125 bâches pour installer des abris et reloger les enfants sous le contrôle des membres du personnel des maisons d’enfants jusqu’au retour à la normale.

Logistique

Le COU national continue de renforcer sa stratégie d’acheminement de l’aide vers la région du Sud en vue d’accélérer la distribution de l’assistance à la population. L’expédition de l’aide se fera désormais par voie marine, aérienne et terrestre.

Ajouté à l’hélicoptère du Service aérien humanitaire des Nations unies (UNHAS), le Gouvernement américain met à disposition du secteur logistique un hélicoptère pour le transport du personnel humanitaire vers Les Cayes (Sud), Jérémie (Grand’Anse) et Gressier (Ouest). L’appareil sera disponible dans les prochaines 24 heures.

Le service de transport maritime est également disponible pour le transport de l’aide humanitaire de Varreux à la Marine (Carrefour, Ouest). Le secteur évalue actuellement le port de Jérémie (Grand’Anse) pour voir si une barge peut y être accostée.

Le Gouvernement haïtien et ses partenaires mettent tout en oeuvre en vue de sécuriser les convois d’assistance humanitaire. Depuis dimanche, la Police nationale d’Haïti escorte un ou deux convois de 7 à 12 véhicules par jour. Le secteur a réalisé une carte sur les contraintes d’accès et à partager avec les partenaires.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

Les partenaires qui contribuent à la réponse : Agerca, BHA, Caritas, Croix-Rouge haïtienne, CRS, FOOD FOR THE HUNGRY, OCHA, OHCHR, OIM, OPS/OMS, PAM, PNUD, UNFPA, UNHCR, Unicef et ses partenaires, USAID et les projets d’appui de la direction générale de la Protection civile.

Le fonds d’urgence des Nations Unis (CERF), à la demande d’OCHA, octroie 8 millions de dollars aux agences des Nations unies pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre. Les secteurs Santé ; Abris ; Eau potable, assainissement et hygiène, Protection et Logistique sont prioritaires. Le Fonds d’assurance caribéen contre les risques liés aux catastrophes (CCRIF SPC) effectuera un versement d’environ 40 millions de dollars américains au Gouvernement d’Haïti à la suite du tremblement de terre dévastateur de magnitude 7,2, qui a eu un impact important notamment sur la ville des Cayes.

Le Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO) a approuvé l’octroi d’un million de livres sterling pour soutenir l’intervention, en Haïti, de l’équipe de soutien opérationnel de la CARICOM (COST) de l’Agence caribéenne de gestion des catastrophes et des réponses aux urgences (CDEMA) ; la mission de équipe des Nations unies pour l’évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) ; mais aussi le déploiement d’une équipe médicale d’urgence britannique, d’une équipe chirurgicale britannique en attente de confirmation de la part de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et d’un navire britannique stationné au large des côtes d’Haïti.

La République dominicaine, le Venezuela, le Mexique, la Colombie, le Japon, le Panama et le Costa Rica ont aussi aidé Haïti en fournissant du matériel de secours, des médicaments, des kits d’hygiène et de la nourriture.

Recommandations

  • Poursuivre la prise en charge des blessés et l’acquisition des intrants en tenant compte des besoins identifiés ;
  • Accélérer le processus de déblaiement tout en complétant les opérations de recherche et de sauvetage en vue de faciliter l’installation d’abris temporaires dans les espaces de vie des familles victimes ;
  • Compléter la cartographie sur l’état des routes de la région du Sud ;
  • Poursuivre l’évaluation rapide des dégâts sur le terrain ainsi que les évaluations sectorielles en vue de préparer l’évaluation macroéconomique des pertes et dommages pour un relèvement rapide du Grand Sud ;
  • Intensifier l’information du public sur les opérations et la sensibilisation du public à travers les médias traditionnels et les médias sociaux ;
  • Assurer une meilleure coordination des élans de solidarité de la population ainsi que les institutions humanitaires et philanthropes.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #6 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Alors que le gouvernement apporte du support aux familles victimes du tremblement de terre du 14 août 2021, le cyclone Grace a fait de nouveaux victimes dans le département du Sud-est. Quatre personnes sont décédées. La commune la plus touchée est Marigot avec 500 maisons inondées sur un total de 615 inondées pour l’ensemble du département.

Le bilan partiel du séisme passe à 2 189 morts, 332 disparus, 12 268 blessés, 52 953 maisons détruites et 77 006 maisons endommagées.

Au moins une secousse supérieure à de 4.5 a été enregistrée ces dernières 24 heures. La population du Grand Sud doit continuer à faire attention aux répliques qui continuent de se produire

La route nationale #7, coupée à nouveau à la circulation après le passage du cyclone Glace, est débloquée au niveau de rivière Glace.

Le nombre de points de rassemblement des personnes déplacées continue d’augmenter. Ils sont passés à 38 à 79 depuis le dernier rapport de la mardi. Cependant, le gouverne-ment préconise la construction d’habitat semi-temporaire à proximité des lieux de vie des familles sans abri et l’acheminement de l’aide au cas par cas dans les quartiers les plus touchés.

Tenant compte des évaluations déjà effectuées, au moins 650 000 personnes ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence dans le Sud, la Grand’Anse et les Nippes. Cela représente environ 40% de la population de ces 3 départements, qui est de 1,6 millions de personnes.

Un problème persistant d’eau potable est signalé dans les trois départements affectés, surtout à Pestel, Grand’Anse.

Actions entreprises

Coordination

La coordination des opérations d’urgence se poursuit au niveau du centre d’opération d’urgence nationale. Le Premier ministre a confié aux ministres à la Condition féminine (Sud), du Tourisme (Nippes) et de l’Environnement (Grand’Anse) la mission de superviser le déroulement des opérations de secours dans les zones affectées.

Deux réunions touchant des points de décisions critiques : l’urgence d’acheminer de l’eau, de poursuivre les évaluations sectorielles, l’augmentation du nombre de convoi et la stratégie d’habitat des populations des zones touchées.

Dans les Nippes, trois réunions de coordination ont eu lieu avec les partenaires sur le terrain pour couvrir les axes d’actions en santé, nutrition, transfert de cash, eau et assainissement, besoins non nutritionnels.

Information du public

Depuis le séisme, 6 conférences et points de presse ont été données par le gouvernement et le Centre d’opérations d’urgence national. L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la population, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Recherche et Sauvetage Les équipes nationales de sauvetage, considérablement renforcées par d’autres équipes étran-gères, sont toujours à pied d’oeuvre dans les trois départements les plus touchés. Aucun chiffre n’a été reporté ces dernières 24 heures, concernant des personnes qui seraient extraites vivantes des décombres.

Assistance à la population

Les opérations d’assistance à la population continuent de se renforcer. Ces dernières 48 heures, 1 319 bâches, 1 141 kits d’hygiène et 1 400 couvertures ont été distribués par des partenaires humanitaires dans les trois départements les plus touchés. Un réservoir de 5 000 litres a été ins-tallé dans la commune de l’Azile (Sud).

Au moins, 25 lampes solaires sont disponibles pour l’éclairage des lieux de rassemblements dans la ville des Cayes, département du Sud.

Un total de 2 950 biens non alimentaires (kits d’hygiène, couvertures, bâches, kits de réparation a été convoyé vers le Sud.

Santé

Le Direction départementale de santé des Cayes a informé que les 3 salles d’opération de l’hôpital de l’immaculée Conception sont fonctionnelles mais on a besoin urgemment d’un technicien pour réparer l’amplificateur de brillance et les climatiseurs. La Croix Rouge Haïtienne a fait le transport de 9 blessés

Protection

Le BSEIPH poursuit son évaluation sectorielle : 5 902 femmes et filles affectées dans le sud dont 720 femmes et filles en situation d’handicap ; l’institution a fait une distribution de kits et de lampes solaires pour 100 bénéficiaires.

La direction de l’administration pénitentiaire des Cayes, Sud, a complété le transfert des détenus de la prison central de la ville à Petit-Goâve.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

Les partenaires qui contribuent à la réponse : Agerca, Croix-Rouge haïtienne, CRS, OCHA, OHCHR, OIM, OPS/OMS, PAM, PNUD, UNFPA, UNHCR, Unicef et ses partenaires et les projets d’appui de la direction générale de la Protection civile.

Recommandations

Accélérer le processus de déblaiement tout en complétant les opérations de recherche et de sauvetage en vue de faciliter l’installation d’abris temporaires dans les espaces de vies des familles victimes ;

Poursuivre l’évaluation rapide des dégâts sur le terrain ainsi que les évaluations secto-rielles en vue de préparer l’évaluation macroéconomique des pertes et dommages pour un relèvement rapide du Grand Sud ;

Poursuivre la prise en charge des blessés au niveau des centres hospitaliers ;

Intensifier l’information du public sur les opérations et la sensibilisation du public à tra-vers les médias traditionnels et les médias sociaux ;

Assurer une meilleure coordination des élans de solidarité de la population ainsi que les institutions humanitaires et philanthropes.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #5 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

La population doit s’attendre à des répliques à la suite du séisme de magnitude 7.2 du 14 août 2021 qui a eu lieu à 13 km au sud-sud-est de Petit Trou de Nippes, département des Nippes, à 10 kilomètres de profondeur. Une extrême vigilance est requise en ce qui concerne les maisons endommagées ou fissurées, notamment en raison des pluies.

Les équipes de sauvetage sont toujours à pied d’oeuvre dans les trois départements les plus touchés et elles sont en train d’être renforcées par d’autres équipes étrangères en cours de déploiement. Au moins 34 personnes ont été extraites vivantes des décombres ces dernières 72 heures.

Le nouveau bilan humain du tremblement de terre s’élève à 1 941 morts : 1 597 dans le Sud, 205 dans la Grand ‘Anse, 137 dans les Nippes et 2 dans le Nord-Ouest. Plus de 9 900 blessés sont enregistrés dans les départements du Sud, des Nippes et de la Grand‘Anse. Ce bilan reste très partiel.

Au niveau de l’habitat, 52 953 maisons sont détruites et 62 862 maisons endommagées dans les 3 départements les plus affectées (Sud, Grand‘Anse et Nippes). Plus de 115 815 familles sinistrées sont déjà enregistrées dans les 3 départements les plus touchés.

Tenant compte des évaluations déjà effectuées, plus de 579 000 personnes ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence dans les 3 départements les plus touchés par le séisme. Cela représente environ 40% de la population de ces 3 départements, qui est de 1,6 millions de personnes.

Le problème de l’eau à Pestel persiste. Près de 1 810 citernes sont fissurées ou détruites dans la commune. Les besoins en eau, tant pour la boisson que pour d’autres usages, sont toujours aussi urgents.

L’alerte émise sur le pays a été levée ce mardi en mi-journée. Toutefois l’Unité hydrométéorologique (UHM) et la direction générale de Protection civile demande à la population des zones à risques d’inondation, d’éboulement et de glissement de terrain de rester vigilante et de respecter les consignes de sécurité habituelles.

Actions entreprises

Coordination

Les aires Coordination, Information et analyse et Information du public du centre d’opéra-tions d’urgence national sont activées depuis samedi matin. La mobilisation a été effective dès la réception des premières informations concernant l’impact et la permanence est décrétée. La com-munication est maintenue avec la hiérarchie du Système national de gestion des risques de dé-sastre, ainsi que les coordinations départementales de gestion des risques de désastre. Une équipe multidisciplinaire a été constituée pour assurer l’évaluation rapide des dégâts.

Au niveau départemental, le coordinateur technique départemental est chargé de coordonner la réponse d’urgence et les évaluations rapides des besoins. Il est appuyé par les partenaires huma-nitaires tels que l’OCHA et l’OIM. Une équipe UNDAC de 10 personnes est déployée pour renfor-cer la coordination au niveau départemental, à raison de trois par département et une au niveau central. La coordination de l’aide des ONG se fait en étroite collaboration avec la DGPC et OCHA.

Information du public

Depuis le séisme, 5 points de presses ont été données par le Premier ministre et plusieurs autres par le Directeur Général de la protection civile. L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la po-pulation, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Recherche et sauvetage

Les équipes de sauvetage sont toujours à pied d’oeuvre dans les trois départements les plus tou-chés et elles sont en train d’être renforcées par d’autres équipes étrangères en cours de déploie-ment. Au moins 34 personnes ont été extraites vivantes des décombres ces dernières 72 heures.

Assistance à la population

Les populations dont leurs maisons sont détruites sont réfugiés dans des points de rassemble-ment qui sont surtout des places publiques et des terrains vides. Dans le Sud, on compte 5 points de rassemblements et 33 autres dans les nippes.

Santé

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) appelle les citoyens à faire don de leur sang pour faciliter l’apport de soins aux victimes. Au total 74 professionnels de la santé, pour la plupart des spécialistes, sont déployés sur les départements touchés selon les besoins spécifiques des institutions de prise en charge. Ils ont pris en charge 1 710 blessés dans les trois départements. Plus d’une dizaine de blessés graves ont été transférés vers le département de l’Ouest pour être amenés vers les institutions de prise en charge.

Protection

Le Bureau de la secrétairerie d’état à l’intégration des personnes handicapées (BSEIPH) estime que 1 475 personnes handicapées dont 720 femmes et filles nécessitent une aire urgente ;

La prison civile des Cayes a été endommagée par le tremblement de terre. La DAP compte transférer temporairement tous les détenus à Petit-Goâve, une cinquantaine de détenus ont déjà été transférés à la prison civile de Petit-Goâve.

Selon l’IBESR, certains bâtiments logeant des enfants dans le Sud sont endommagés. A titre de rappel, plus de 1 700 enfants sont pris en charge par 48 maisons d’enfants dans le Sud.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

  • OCHA soutient la DGPC dans la coordination de la réponse ;
  • Arrivée de l’équipe UNDAC des Nations unies pour supporter les évaluations rapides et la coordination au niveau départemental.
  • Le PNUD a fourni au COUN et aux CTD les plus touchés des minutes de recharge pour la communication, un véhicule et du carburant pour faciliter les déplacements.
  • Deux convois humanitaires sont prévus pour demain mercredi 18 août pour acheminer l’assistance humanitaire vers les populations affectées ;
  • Distribution de 665 bâches (dimension 4 x 5) à 260 familles et Installation d’un blader (5000 litres) sur la commune de L’Azile par SI et Croix-Rouge néerlandais
  • Installation d’une tente à l’hôpital OFATMA via la DPC pour la continuité de la prise en charge médicale
  • La DIGICEL a renfloué en recharges électroniques pour faciliter la communication entre les acteurs qui gèrent la crise et a fait un don de 500 gallons de carburant pour les travaux publics
  • La compagnie privée Culligan va livrer au COUN 2500 gallons d’eau demain dans la matinée et AIC 800 caisses d’eau.

AGERCA – Unité Hydrométéologique (UHM) : Bulletin Spécial de la dépression tropicale Grace (Vigilance orage)

Description :

Dépression Tropicale GRACE
Localisation :
Latitude 17.04N
Longitude 70.9 W
Soit à environs à 200 km au Sud-Est de Port-au-Prince (Haïti) et 295 km à l’est de la ville des
Cayes
Vent max soutenus : 55 Km/h
Déplacement : Ouest à 24 km/h
Pression Minimale : 1008 Hpa

Observations sur Haïti

Temps chargé par des nuages d’altitudes à l’avant du système qui gagnent graduellement nos départements. Les alizés sont encore variables à faibles par endroits et par moments sur le pays. Prévision sur Haïti par rapport au passage de la dépression tropicale GRACE

Prévision sur Haïti par rapport au passage de la dépression tropicale GRACE

Le centre de la Dépression Tropicale Grace se localise à 08h Am ce matin à environ à 200 km au Sud-Est de Port-au-Prince (Haïti) et 295 km à l’est de la ville des Cayes. IL se déplace vers l’Ouest à une vitesse de 24 km/h, des vents maximums soutenus de 55km/h et affiche une baisse de sa pression minimale centrale jusqu’à 1008 hpa.

Selon les dernières prévisions de trajectoires, le centre de cette dépression s’oriente vers la presqu’Ile du sud et devrait la parcourir en début d’après-midi et en soirée d’aujourd’hui. A cet effet, des activités pluvieuses, orageuses modérées parfois fortes par endroits, pouvant cumulées jusqu’à 100 à 150 milimètres de pluies dans les plaines et 200 milimètres sur les hauteurs sont possibles sur le pays notamment sur les départements de la Grande-anse, du Sud,
des Nippes, du Sud’Est, de l’Ouest, du Centre et de l’Artibonite .

Par ailleurs, quelques rafales de vents spontanées, soutenus et des conditions de grosses mers sont attendues pendant le passage de ce système cyclonique.

En conséquence, l’UHM du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) de concert avec la Direction de la Protection Civile et le SPGRD du Plan National de Gestion des Risques et des Désastres et de la Semanah annonce ce lundi matin 16 Août 2021 à 9h00 Am le niveau de Vigilance orange (i.e. risque d’impact d’intensité modérée à fortes) face aux ménaces de fortes pluies, de forts vents et des conditions de grosses mers sur les régions côtière sud du pays et interdit temporairement les opérations de cabotages dans le sud pendant le passage de cette dépression.

Le SPGRD de concert avec l’UHM et la DGPC demande aussi à la population Haïtienne de faire preuve de prudence et de rester à l’écoute des bulletins météorologiques de l’UHM et des conseils des autorités de leurs zones respectives pour savoir les comportements à adopter à l’occasion du passage de cet évènement cyclonique.

Pour savoir quoi faire en cas de cyclone, cliquez ici.