Commémoration du 14ème anniversaire du séisme dévastateur en Haïti

12 Janvier 2024 – Communiqué de presse : Commémoration du 14ème anniversaire du séisme dévastateur en Haïti pour ne pas oublier !

Il y a exactement 14 ans, le 12 janvier 2010, Haïti a été frappé par un des séismes les plus meurtriers et dévastateurs au monde, laissant derrière lui un paysage de destruction et un peuple en deuil. Aujourd’hui, nous nous rassemblons pour commémorer cette tragédie, honorer les victimes et témoigner de la résilience du peuple haïtien face à l’adversité.

Ce séisme, d’une magnitude de 7,3 sur l’échelle de Richter, est survenu à 16h53, heure locale. Son épicentre était situé approximativement à 25 km de Port-au-Prince, la capitale du pays. Il a fait plus de 220.000 morts, 300.000 blessés et 1,3 million de sans-abris selon un bilan établi par le gouvernement Haïtien.

Malgré les efforts considérables déployés pour reconstruire et soutenir les communautés touchées, cette tragédie a laissé des séquelles visibles au sein de la population Port-au-princienne comme pour nous rappeler notre exposition et vulnérabilité face à cet aléa.

Certes des capacités ont été renforcées dans la réduction des risques notamment dans la prévention par des campagnes de sensibilisation de la population sur les comportements à adopter avant, pendant et après un séisme. Cependant, les défis demeurent, et la commémoration de cet anniversaire est également l’occasion de réaffirmer notre engagement à supporter toutes les initiatives visant au développement durable d’Haïti.

Nous appelons le secteur privé, la société civile, les acteurs politiques et la communauté internationale à continuer de soutenir Haïti dans son parcours vers la stabilité et la résilience.

En ce jour de mémoire, unissons nos prières pour tous les morts et victimes de cette journée tragique mais aussi celles et ceux qui souffrent chaque jour !

IN MEMORIA

Tout savoir sur l’AGERCA ici

BME – Bulletin annuel de 2023 des activités sismiques en Haïti

L’Unité Technique de Sismologie (UTS) du Bureau des Mines et de l’Energie (BME), se fait encore le plaisir de vous présenter le bilan des activités sismiques observées en Haïti durant les douze (12) mois de l’année 2023. Les données qui y figurent, évidemment traitées et analysées, sont collectées à partir des réseaux sismologiques locaux (Ayiti-séismes et UTS) et régionaux (Cuba, Jamaïque et République Dominicaine). Ce bilan se présente comme suit : Quantité, magnitude et profondeur des séismes enregistrés

828 séismes ont été enregistrés au cours de l’année 2023, contrairement à l’année dernière qui en a connu 1451 en raison surtout des répliques continues observées dans la partie Ouest de la presqu’île du Sud, engendrées par le séisme majeur du 14 août 2021. Le Graphique 1 montre que la répartition mensuelle de ces séismes est très inégale et affiche une valeur moyenne de 69 séismes par mois. Il indique également que le nombre de séismes a été plus élevé au début de l’année en janvier et en février, alors que l’activité sismique s’est révélée moins intense en juillet et en août, contrairement à la croyance qui veut qu’elle paraisse plus élevée durant les mois les plus chauds de l’année.

La magnitude des 828 séismes enregistrés est comprise entre 0,6 et 5,5, ce qui qualifie les séismes observés de très mineurs à modérés. Les magnitudes inférieures ou égales à 3 sont au nombre de 729, ce qui représente 88 % des séismes de l’année.

Les 99 séismes restant (12 %) ont des magnitudes variant de 3,1 à 5,5, dont 89 de 3,1 à 3,9, 8 de 4 à 4,8 et 2 de 5,5. La plus grande magnitude pour l’année 2023 a été de 5,5 survenue en février à l’Ouest de Môle Saint Nicolas (Nord-Ouest) et en juin entre les villes d’Abricot et de Jérémie (Grand’Anse).

En mer, le nombre de séismes enregistrés pour l’année s’élève à environ 408, soit 49,3 %, avec une forte concentration au Nord de Jérémie et à l’Ouest de la presqu’île du Nord-Ouest. Les séismes survenus en mer sont susceptibles de provoquer des tsunamis lorsque les conditions sont réunies : magnitude supérieure à 6,5, profondeur inférieure à 50 km, failles en mer.

Les séismes survenus à une profondeur inférieure ou égale à 10 km sont au nombre de 443, soit 53,5 %. Ces séismes sont qualifiés de superficiels, car ils se produisent dans la partie la plus superficielle de la croûte terrestre, leur impact en surface est plus perceptible que les séismes localisés à une grande profondeur.

Les séismes enregistrés au cours de l’année 2023 sont répartis à travers les dix (10) départements géographiques du pays et montrent encore une inégale activité sismique par département.

Les Graphiques 2 et 4 indiquent une répartition géographique en deux périodes : la première va de Janvier à Juin et la seconde de Juillet à Décembre. Au cours de la première période, le nombre de séismes enregistré a été de 487, soit 58,8 %, avec en tête de liste, les départements de la Grand’Anse et des Nippes. Ce classement résulte des conséquences du séisme majeur de magnitude 7,2 survenu le 14 août 2021 avec son épicentre situé dans les Nippes et dont les répliques ont bouleversé la répartition de l’activité sismique des différents départements géographiques.

En comparant ce classement (Graphique 2) avec celui du 14 août au 31 décembre 2021 (Graphique 3), après le séisme majeur dans les Nippes, on constate peu de variation dans la répartition départementale des activités sismiques. Les départements les plus impactés ont été la Grand’Anse et les Nippes, tendance qui a persisté jusqu’en Juin 2023.

La seconde période a connu 341 séismes, soit 41,1 % et a montré un classement départemental décroissant allant du Nord-Ouest au Nord (Graphique 4).

En comparant les activités sismiques de ce classement (Graphique 4) avec celui observé entre le 1er janvier et le 13 août 2021 (Graphique 5), avant le séisme majeur, on constate encore très peu de variation dans les activités sismiques départementales qui montrent, dans les deux cas, une décroissance allant du Nord-Ouest au Centre, indiquant ainsi la fin probable des répliques et un retour aux activités sismiques d’avant le séisme du 14 août 2021.

Les courbes évolutives des séismes enregistrés dans les trois (3) départements les plus affectés par le séisme du 14 août 2021 sont indiquées ci-dessous pour la période allant du 14 août 2021 au 31 Décembre 2023.

L’analyse de ces courbes dénote une activité sismique caractérisée par une certaine variabilité incluant à la fois des répliques et des séismes sporadiques témoignant d’une intensification de l’activité sismique dans ces 3 départements. Rappelons que les répliques sont des séismes qui se produisent généralement après un tremblement de terre principal dans la zone épicentrale de ce dernier. Elles sont susceptibles de générer de fortes conséquences pour la population. De magnitude plus faible, elles s’expliquent par le fait que le choc principal provoque une modification du champ de contrainte régional en induisant des ruptures secondaires de moindre énergie. Autrement dit, les répliques sismiques sont de petites secousses résultant des ajustements effectués par la croûte terrestre autour de la faille où s’est produit le séisme principal. Ce phénomène est connu aussi sous le nom d’ISOSTASIE, c’est-à-dire la capacité qu’a la Terre à retrouver son équilibre lorsque ce dernier est rompu. Des lois en sismologie décrivent la décroissance de leur nombre au cours du temps.

Pendant la période allant du 14 août 2021 au 31 Décembre 2023, les stations sismiques ont enregistré pour les trois départements un total de 2915 séismes (Figure 2), assimilés pour la plupart à des répliques, de magnitude inférieure ou égale à 5,5. Le Tableau 5 montre la décroissance de ces activités sismiques dans les trois départements, affichant une nette diminution à partir du mois d’Août 2022.

Située sur la plaque caraïbe, la République d’Haïti peut être affectée par un séisme majeur, éventuellement associé à un tsunami proche, si l’événement est localisé à proximité des côtes haïtiennes, notamment dans les zones d’Oriente (Cuba), de Kingston (Jamaïque), de la côte Nord de la République Dominicaine et/ou de la frontière reliant les deux pays. Notons qu’Haïti peut être affectée également par des tsunamis lointains venant de l’arc antillais ou même de l’Europe.

Le 18 mai 2023, la République Dominicaine a enregistré un séisme de magnitude 4,9 localisé au Sud de Puerto Plata, soit à 123 km au Sud de Fort Liberté. Le 30 octobre 2023 un séisme de magnitude 5,8 est survenu à la Jamaïque au Nord de Kingston, soit à une distance de 237 km à l’Ouest de Tiburon en Haïti. Le 10 novembre 2023, une secousse de magnitude 5,1, a été localisée en République Dominicaine à 13 km au Sud–Est de Monte Christi et à 27 km à l’Est de Fort Liberté. Dans les trois cas précités, les secousses ont été ressenties en Haïti, créant des paniques, malgré leurs magnitudes modérées, notamment dans la zone frontalière Nord, dans le Sud et la Grand’Anse. Une magnitude supérieure ou égale à 6 hors d’Haïti, ne manquera pas de causer dans le pays des dégâts matériels et des pertes en vies humaines, en raison de notre très grande vulnérabilité.

Voir les graphiques et les figures ici

AGERCA – Astuces de sûreté et de sécurité pour cette période de fête

L’insécurité est un type de risque anthropique car il est causé par le biais des actions humaines. On ne peut ignorer cette menace car elle est présente et s’augmente de jour en jour notamment au niveau de la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Cette situation d’insécurité a provoqué le déplacement des milliers de personnes à l’intérieur du pays et des centaines de pertes en vie humaine.

Les cas d’enlèvement et de séquestration contre rançon sont les plus courants pendant ces périodes. Cette situation crée beaucoup de panique au sein de la population haïtienne.

Le plus souvent, certaines personnes sont victimes d’un acte de banditisme à cause d’une négligence ou d’un manque de prudence.

Pendant cette période de fête de Noël et de fin d’année, il est extrêmement important de faire très attention et d’être très vigilant dans toutes vos activités.

L’AGERCA aimerait partager avec vous quelques astuces de sûreté et de sécurité pouvant réduire votre exposition aux actes de banditisme :

  • Informez vos proches de vos parcours ;
  • Sortez en groupe si possible ;
  • Évitez de sortir seul/seule la nuit sauf en cas d’extrême urgence ;
  • A l’extérieur, donnez toute votre attention à tout ce qui se passe autour de vous en voiture, à moto ou à pied ;
  • Identifiez au préalable les actions à entreprendre en cas d’urgence ;
  • Évitez d’être distrait par votre téléphone ;
  • Évitez les zones dangereuses et les détours peu fréquentés ;
  • Evitez de trop vous exposer sur les réseaux sociaux ;
  • Assurez-vous que toutes les portes de votre maison ou bureau sont bien fermées ;
  • Restez courtois.e avec tout le monde ;
  • Partagez ces astuces avec vos proches ;
  • Evitez de resister en cas de tentative de kidnapping ;
  • Modifiez ces itineraires quand cela est possible ;
  • Entre autres.

Forum sur la GRD – Des universitaires sensibilisés sur les menaces naturelles

L’AGERCA, de concert avec la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) et la Croix-Rouge Haïtienne (CRH), a organisé du 9 au 11 novembre dernier, trois journées de formation sur la Gestion des Risques de Désastre (GRD) pour plus d’une centaine d’universitaires venant de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Cette activité a été supportée par la USAID, Digicel, Miyamoto International et Ti Koze sou Konstriksyon.

Au cours de cette activité, il y a eu des intervenants de marque qui ont rehaussé l’éclat de ces trois jours de formation. Ils ont abordé les thématiques suivantes :

  1. Risque sismique
  2. Risque tsunamique
  3. Risque cyclonique
  4. Gestes qui sauvent

Les étudiants ont exprimé leurs satisfactions suite à ces trois jours de formation car ils ont estimé que les connaissances partagées étaient très nécessaires pour renforcer leurs compétences. Il faut noter qu’un bon nombre de participants sont dans le domaine de la construction, un secteur lié à la GRD.

En matière de formation en Gestion des Risques de Désastre (GRD, l’AGERCA est la référence

Un participant du FORUM

Selon la Directrice Exécutive de l’AGERCA, Mme Fania Joseph, ces étudiants formés sont considérés comme des ambassadeurs de la GRD pour l’AGERCA. Elle les encourage à dupliquer ces connaissances avec leurs proches afin de les sensibiliser sur les risques auxquels nous sommes exposés en Haïti.

En termes de perspective, l’AGERCA de concert avec ses partenaires souhaite planifier une prochaine séance de formation sur d’autres thématiques pour ce même groupe d’étudiant.

L’AGERCA encourage les autres acteurs du Système National de Gestion des Risques de Désastre (SNGRD) à travailler avec les jeunes du secteur universitaire car ils sont des acteurs remplis de motivation. Ils ont manifestement exprimé leurs intérêts à travailler à titre de volontaire dans le cadre de la gestion des risques à un niveau très technique dépendamment de leur domaine d’étude.

Offrons-leur ensemble une opportunité d’appuyer le SNGRD !

13 Octobre – Journée Internationale de la Réduction des Risques de Désastre

13 Octobre 2023 – Message de la Direction Générale de la Protection Civile à l’occasion de la Journée Internationale de la Réduction des Risques de Désastre.

———-

En ce vendredi 13 octobre 2023, la direction générale de la Protection civile d’Haïti se joint à la communauté internationale pour marquer la Journée internationale de la réduction des risques de catastrophes, placée sous le thème “ combattre les inégalités pour un avenir résilient ”.

Cette journée revêt une importance capitale pour notre nation en raison de notre vulnérabilité aux aléas naturels et aux crises créées par l’homme, notamment la gestion des déplacés internes. Elle témoigne de notre détermination à travailler pour un avenir plus sûr et résilient pour tous.

Au fil des années, Haïti a été le témoin de nombreuses tragédies causées par des catastrophes d’origine naturelle, entraînant d’énormes souffrances et des pertes considérables. Des communautés entières ont été dévastées, des vies ont été brisées, et notre progrès entravé. La fragilité de notre environnement physique, combinée à des inégalités socioéconomiques profondes, expose davantage notre nation aux risques et aux retombées des catastrophes. C’est pourquoi il est impératif que nous unissions nos efforts pour réduire ces risques et promouvoir l’égalité d’accès aux ressources nécessaires pour les affronter.

Nous aspirons à un avenir où chaque Haïtienne et chaque Haïtien, indépendamment de sa situation, puisse évoluer dans un environnement sûr et résilient. Le thème de cette année, “Combattre les inégalités pour un avenir résilient,” prend une importance particulière, rappelant que la réduction des risques de catastrophes est un effort collectif visant à éliminer les inégalités et à garantir que personne ne soit laissé pour compte. Au cours de la dernière décennie, la Protection civile haïtienne s’est constamment engagée dans cette démarche, en accordant une attention particulière aux questions liées au genre, à l’accessibilité, au handicap et à l’enfance, notamment au sein du Plan national de gestion des risques de désastre 2019-2030. De plus, nous avons mis en place des points focaux départementaux en matière de protection pour renforcer notre action à l’échelle nationale.

La direction générale de la Protection civile s’engage à poursuivre ses efforts visant à renforcer la résilience de notre pays. Cela comprend la mise en place de politiques de gestion des risques, l’amélioration de notre infrastructure de secours, la sensibilisation du public et la formation continue de nos équipes. Nous collaborons étroitement avec nos partenaires nationaux et internationaux pour assurer une réponse rapide et efficace en cas de catastrophe.

La Protection civile encourage chaque Haïtienne et chaque Haïtien à prendre des mesures pour se préparer aux catastrophes, à connaître les risques spécifiques de leur région et à s’engager dans la construction d’une société plus résiliente. Ensemble, nous pouvons surmonter les défis qui se dressent devant nous.

En cette Journée internationale de la réduction des risques de catastrophes, rappelons-nous que la réduction des risques liés aux aléas naturels est un investissement dans notre avenir et dans celui des générations futures. Engageons-nous à combattre les inégalités pour un avenir résilient et à bâtir une Haïti plus forte et plus sûre pour tous.

Plis nou egalego, plis n ap djanm devan malè pandye

Pwoteksyon Sivil se nou tout !

Visitez leur site internet ici 

L’importance cruciale d’un kit d’urgence dans une entreprise

Dans un monde où l’incertitude règne, la sécurité des employés et la résilience des entreprises sont plus essentielles que jamais. Un kit d’urgence bien organisé et complet joue un rôle vital dans la protection des vies, la minimisation des risques et la préservation de la continuité des opérations en cas d’événements imprévus.

Cet article explore l’importance cruciale d’un kit d’urgence dans une entreprise et souligne pourquoi chaque institution devrait accorder une attention particulière à cette composante essentielle de la gestion de la sécurité.

Sauvegarder la sécurité des employés.es

La sécurité des employés.es est l’une des priorités de toute entreprise responsable. En cas d’urgence, qu’il s’agisse d’un incendie, d’un séisme, d’une inondation, d’une panne de courant ou d’un autre incident grave, un kit d’urgence bien équipé peut faire la différence entre la vie et la mort. Les premiers instants après un événement critique sont souvent les plus cruciaux pour assurer la survie et le bien-être des employés.es. Un kit d’urgence bien préparé contenant des trousses de premiers soins, des lampes de poche, des radios, des couvertures de survie et d’autres fournitures essentielles peut grandement aider à atténuer les blessures et à sauver des vies. Il faut noter aussi que les articles d’un kit d’urgence varient d’une entreprise à une autre dépendamment du secteur d’activités de celle-ci.

Une institution qui ne dispose pas d’un kit d’urgence risque de mettre en péril la vie de ses employés.es en cas d’urgence car elle ne peut pas donner une première réponse immédiate à cette situation. Il faut savoir en situation de crise, la première réponse devrait être locale.

Réduction des risques et des pertes

Les entreprises sont exposées à une variété de risques, qu’ils soient d’origine naturelle ou anthropique. Avoir un kit d’urgence bien pensé et régulièrement mis à jour permet de réduire les risques potentiels et de minimiser les pertes en cas d’incident. Par exemple, en ayant des extincteurs d’incendie bien entretenus et accessibles, les départs de feu peuvent être rapidement maîtrisés avant qu’ils ne se propagent et ne causent des dégâts importants. De même, en ayant un plan d’évacuation clair et en fournissant des équipements de sécurité appropriés dans le kit, les employés peuvent être préparés à réagir rapidement et efficacement face à une situation d’urgence.

Pour lire notre article sur l’importance d’un plan d’évacuation au sein d’une entreprise, CLIQUEZ ICI

Maintien de la continuité des opérations

Une interruption soudaine des opérations peut être coûteuse pour une entreprise, tant en termes de pertes financières que de réputation. Un kit d’urgence bien organisé peut aider à maintenir la continuité des activités en cas de désastre ou d’incident majeur. En ayant des provisions adéquates, des plans d’urgence clairs et des procédures bien documentées, l’entreprise peut minimiser le temps d’arrêt et reprendre ses activités normales plus rapidement après un événement perturbateur.

Renforcement de la culture de la sécurité

En mettant en place un kit d’urgence et en sensibilisant les employés à son existence et à son utilisation, l’entreprise renforce sa culture de la sécurité. Les employés sont plus susceptibles de se sentir valorisés et en sécurité lorsqu’ils savent que leur bien-être est une préoccupation primordiale pour l’organisation. Une culture de la sécurité bien ancrée favorise également la collaboration et la responsabilisation, car chaque membre du personnel sait qu’il a un rôle à jouer dans la protection de soi-même et de ses collègues en cas d’urgence.

Cette culture de sécurité continuera même au sein de la vie familiale des employés.es. Ils vont faire en sorte d’avoir aussi un kit d’urgence dans leur maison dans le but d’assurer les besoins de leurs proches.

Pour connaitre les articles à mettre dans un kit d’urgence familial, CLIQUEZ ICI

Conclusion

En conclusion, un kit d’urgence est bien plus qu’une simple boîte remplie de fournitures. C’est un outil essentiel et stratégique pour protéger la vie et la santé des employés.es, réduire les risques et les pertes, maintenir la continuité des opérations et renforcer la culture de la sécurité au sein de l’entreprise. Investir dans un kit d’urgence bien équipé, régulièrement mis à jour et associé à une formation appropriée peut faire une énorme différence en cas de situation critique. Il s’agit d’un investissement judicieux pour toute entreprise soucieuse de la sécurité, de la résilience et du bien-être de son personnel, par-dessus tout de sa continuité des activités.

Saison Cyclonique : Le processus de nomination des ouragans

Les ouragans sont parmi les phénomènes naturels les plus puissants et destructeurs de notre planète. Pour faciliter leur identification et leur suivi, un système de nomination des ouragans a été mis en place. Ce processus permet de donner un nom unique à chaque cyclone tropical majeur, offrant ainsi une méthode claire de communication et de sensibilisation aux populations concernées. Dans cet article, nous examinerons comment les ouragans sont nommés, l’histoire derrière ce processus et son importance pour la préparation et la gestion des tempêtes.

Historique de nomination des ouragans

Le processus de nomination des ouragans a commencé dans les années 1950. Auparavant, les ouragans étaient généralement identifiés par leur latitude et leur longitude, ce qui était peu pratique et peu mémorable. Afin de simplifier la communication et d’éviter toute confusion, l’armée de l’air américaine a commencé à donner des noms féminins aux tempêtes tropicales. Ce n’est qu’en 1979 que le système de nomination a été étendu pour inclure des noms masculins et féminins, et depuis lors, la liste de noms utilisée est établie de manière cyclique.

Le processus de nomination

Le processus de nomination des ouragans est géré par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), une agence spécialisée des Nations Unies chargée de la météorologie et de la climatologie. L’OMM utilise des listes préétablies de noms pour chaque bassin océanique concerné par les ouragans, notamment l’Atlantique nord, l’est du Pacifique, le centre du Pacifique et l’océan Indien.

Chaque année, une liste de noms est établie pour chaque bassin. Ces listes comprennent des noms alternants entre masculins et féminins, généralement en utilisant les 26 lettres de l’alphabet, à l’exception des lettres Q, U, X, Y et Z pour des raisons pratiques. Les noms sont souvent choisis en fonction de la langue et de la culture des pays concernés par les ouragans.

Lorsqu’un ouragan se forme, il est baptisé avec le nom suivant sur la liste correspondante. Par exemple, le premier ouragan de la saison dans l’Atlantique nord recevra le nom commençant par la lettre A, le deuxième avec la lettre B, et ainsi de suite. Si une tempête se révèle particulièrement destructrice, son nom peut être retiré de la liste et remplacé par un autre nom commençant par la même lettre.

Importance de la nomination des ouragans

La nomination des ouragans revêt une grande importance pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il permet une communication claire et efficace entre les agences météorologiques, les médias et le grand public. Les noms aident à identifier rapidement les tempêtes et à les suivre à mesure qu’elles se déplacent, ce qui facilite les prévisions et les avertissements pour les zones potentiellement touchées.

De plus, la nomination des ouragans contribue à sensibiliser la population et à favoriser la préparation aux tempêtes. Les noms humains attribués aux ouragans rendent ces phénomènes naturels plus concrets et plus faciles à retenir, ce qui encourage les individus à prendre des mesures de précaution et à se préparer en conséquence. Les noms des ouragans peuvent également servir de référence pour évaluer et analyser l’impact des tempêtes dans les années suivantes.

Le processus de nomination des ouragans joue un rôle essentiel dans la préparation et la gestion des tempêtes tropicales. Grâce à ce système, les ouragans sont facilement identifiables et les informations relatives à leur trajectoire et à leur intensité peuvent être communiquées efficacement. En sensibilisant le public et en encourageant la préparation aux tempêtes, la nomination des ouragans contribue à sauver des vies et à réduire les dommages causés par ces événements naturels dévastateurs.

Campagne de sensibilisation sur le risque sismique : Mwen sonje, mwen aprann

Plus de 200.000 personnes ont été sensibilisées sur le risque sismique à travers un concours de vidéographie sur les réseaux sociaux notamment sur la page Facebook de l’AGERCA.

La compréhension des concepts de la Gestion des Risques de Désastre (GRD) est un atout pour toute société confrontée à des risques majeurs ; un point commun en termes d’exposition aux risques et de réponse. L’AGERCA comprenant le degré de vulnérabilité de la population par rapport au manque d’information sur les risques majeurs, a mis en place une stratégie de sensibilisation participative avec la communauté dans le but d’atteindre un maximum de personnes à travers différentes activités (formations, articles, vidéos, campagne de sensibilisation, ect…). Ainsi, pour pérenniser le travail, l’AGERCA a organisé un concours de sensibilisation sur le thème « MW SONJE, MW APRANN » dans le but de renforcer la vulgarisation des consignes de sécurité sur la menace du ” tremblement de terre “.

Ce concours a mobilisé la participation d’environ une centaine de jeunes et d’adultes répartis.es sur tout le territoire national. Les participants.es ont démontré une motivation débordante pour prendre part à cette initiative, afin de contribuer à la sensibilisation de leur communauté respective sur le risque sismique auquel tout le pays est exposé.

Godson Séphirin : “ Se pa prim yo ki enterese m, men se eksplike moun yo kòman pou yo pwoteje tèt yo kont tranbleman tè a

Deux méthodes de sélection des gagnants.es ont été sélectionnées : l’une basée sur le vote populaire à travers la page Facebook de l’AGERCA et l’autre sur l’analyse des membres d’un jury prédisposé à ce fait.

Les participants.es ont mobilisé des milliers de personnes sur les réseaux sociaux. À noter que le vote populaire a été basé sur la quantité de personnes touchées par chaque vidéo sur la page Facebook de l’AGERCA. Par conséquent, ces quelques milliers de personnes ont spontanément été sensibilisées sur les consignes de sécurité à respecter avant, pendant et après un tremblement de terre. En termes de résultats, toutes les 65 vidéos sélectionnées pour la deuxième étape ont été postées sur la page Facebook de l’AGERCA. Ces vidéos ont pu toucher plus de 200.000 personnes.

Le concours s’est terminé par des décisions qui ont permis à l’organisation de sélectionner trois (3) gagnants.es pour chacune des deux catégories. Selon les membres du jury, le choix des gagnants.es a été très difficile vu que les vidéos étaient très intéressantes les unes autant que les autres.

Mikson Antoine : “ Sa ki te pi enpòtan nan konkou a, se sansibilize anpil moun sou malè pandye tranbleman tè ki sou do tout peyi a

Gagnantes pour la catégorie – Analyse jury :

Premier prix : Samuella Compère
Deuxième prix :  Stivensia Saintilet
Troisième prix : Béon Alicia Yonise

Gagnants.es pour la catégorie – Vote populaire sur Facebook :

Premier prix : Godson Sephirin
Deuxième prix : Kerline Céus
Troisième prix : Sherly Aubin

Des primes de compensation ont été remises aux gagnants.es du concours et un certificat de participation à tous.tes les 65 participants.es qui ont été sélectionnés.es pour la deuxième phase de triage du concours.

L’AGERCA remercie tous les partenaires qui ont rendu le concours possible, soit en apportant leur soutien à travers des primes, soit en faisant partie des membres du jury, dont la tâche n’a pas été facile. L’organisation en profite pour remercier tous.tes les participants.es qui se sont donnés.es au maximum en rendant l’activité attrayante et réussie. Le travail se poursuivra en réorientant les étapes de l’approche à travers un autre concours sur un autre risque majeur.

Sismologie citoyenne en Haïti : Tout ce que vous devez savoir

Sur ces 50 dernières années, les séismes ont coûté 800 milliards de dollars — l’essentiel dans les pays développés — et 1.3 millions de vies humaines — l’essentiel dans les pays en développement. Face à ces chiffres, qui ne montrent pas de signe d’inflexion, la conscientisation face au risque continue d’appliquer l’approche classique où les connaissances détenues par les scientifiques sont traduites « vers le bas » pour le public et les décideurs. Une approche inverse, « ascendante », où les citoyens collectent et partagent des informations sur les séismes, pourrait-elle être un modèle alternatif ? Notre hypothèse de travail est qu’un mode de diffusion de la connaissance qui place le citoyen ou les communautés au coeur du dispositif de production et d’utilisation de l’information scientifique, peut améliorer la sensibilisation de la population et promouvoir des initiatives de protection. Le projet OSMOSE teste cette hypothèse par une expérience de sismologie participative interdisciplinaire en Haïti, pays qui fut le théâtre d’une catastrophe sismique majeure le 12 janvier 2010.

Ainsi, nous cherchons à développer et à tester des stratégies pour pérenniser un réseau sismique multi-acteurs en Haïti, en relation avec les leçons apprises des lots de travaux sur l’Amélioration et renforcement de ce réseau sismique citoyen, la socioanthropologie du risque sismique, la co-construction d’un système d’information citoyen efficace.

Les objectifs spécifiques sont :

  1. de convertir les hôtes des stations RS en ambassadeurs citoyens des tremblements de terre ;
  2. de s’assurer que la compatibilité linguistique est au coeur de toutes les activités de communication d’OSMOSE ;
  3. d’établir un dialogue avec les parties prenantes institutionnelles nationales ;
  4. d’insérer des activités sur le risque sismique dans les programmes éducatifs.

Quelques résultats à date :

  1. Un excellent complément scientifique à un réseau sismologique conventionnel ;
  2. Chez les citoyens, une forte demande d’information sur les séismes ;
  3. Les hébergeurs sont fiers de participer à une expérience scientifique ;
  4. Les hébergeurs sont motivés à contribuer à leur pays comme «sismo-citoyens».

Nous cherchons maintenant à :

  1. Augmenter le nombre de sismomètres hébergés par des citoyens, écoles, secteur privé ou ins􀀐tu􀀐ons nationales ;
  2. Engager le secteur de l’éducation ;
  3. Mieux connaitre les besoins de chacun en termes d’information sur les séismes ;
  4. Transférer le système ayiti-séisme vers les partenaires haïtiens.

Cette journée d’échange sera animée par des présentations magistrales, des affiches et flyers. L’objectif est d’échanger sur les problèmes, solutions, ou questions face à la surveillance sismique du territoire haïtien, pour une meilleure maitrise des risques associées.

Atelier de travail « Durabilité de la sismologie citoyenne »
30 mars 2023 – hôtel Villa Thérèse, Pétionville, Haïti
Session hybride : URGéo – Visioconférence
Le lien Zoom : Cliquez ici

09.00 – 09.10 : Accueil des invités et ouverture de la journée (Dominique Boisson : Prof UEH et coordonnateur URGéo)
09.15 – 09.35 : Brève présentation du projet OSMOSE (S. Symithe, Faculté des Sciences et URGéo, E. Calais, Professeur ENS Paris)
09.40 – 10.00 : Géologie et risque sismique (Bureau des Mines et de l’Energie)
10.05 – 10.25 : Amélioration de la connaissance et la réduction du risque sismique en Haïti (PNUD)
10.30 – 10.50 : Apport de la sismologie citoyenne dans la prise des décisions (Direction Générale de la Protection Civile)
10.55 – 11.20 : Pause-café – visite des KAKEMONO OSMOSE et URGéo
11.20 – 11.40 : Nouvelle stratégie pour la gestion des risques (AGERCA)
11.45 – 12.05 : Activité générale sur les aléas telluriques (Ambassade de Suisse)
12.10 – 12.30 : Retour d’expérience en matière de sismologie à l’école (Collège Catts Pressoir)
12.35 – 12.55 : Communication et éducation face à la menace sismique (GeoHazards International)
13.00 – 14.00 : Débats
14.00 – 15.00 : Fin de l’atelier et Repas

Voir aussi : https://ayiti.unice.fr/ayiti-seismes  et https://ayiti.unice.fr/osmose/

 

AGERCA – Lancement du concours de sensibilisation sur le risque sismique

En rappel du tremblement de terre du 12 janvier 2010, l’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) met en évidence les points clés pour mieux identifier les différents gestes qui sauvent et les comportements à adopter en cas de survenance d’un aléa ayant les mêmes caractéristiques. Un grand nombre d’Haïtien se souvient de cette date tragique qui a laissé des traces indélébiles dans notre mémoire.

En commémoration de cette date, l’AGERCA lance un concours de sensibilisation sur le risque sismique à travers les réseaux sociaux. Ce dernier dont le thème est ” mwen sonje, mwen aprann ”  s’étend sur la période allant du 12 janvier au 21 Mars 2023. A travers cette activité, l’AGERCA vise à renforcer la vulgarisation des mesures de précaution à adopter avant, pendant et après l’arrivée d’un éventuel séisme. Ce concours s’inscrit dans une stratégie de diversification de la sensibilisation de la population haïtienne au risque sismique.

Tirons ensemble les leçons de cet événement et les mettre en œuvre est plus que prioritaire

Pour participer au concours, il faut enregistrer et envoyer une vidéo d’une durée n’excédant pas deux (2) minutes avec l’idée de vulgariser des messages afin de mieux aider à la préparation des citoyens en matière de risque sismique. Les vidéos doivent être en format MP4 et envoyées à l’email de l’AGERCA – communication@agerca.ht  ou par WhatsApp au numéro suivant (+509) 3116-1717 en incluant le nom et prénom du participant. Les 5 gagnants seront sélectionnés sur la base des vidéos les plus populaires ou virales, c’est-à-dire avec le plus de “partage”, de “j’aime” et de “commentaire”.