Protégez vos Données : L’Impératif de la Sécurité Électronique pour les Entreprises

Les catastrophes, que ce soit naturelles ou anthropiques, peuvent frapper n’importe quand, n’importe où, et causer des dommages importants à votre entreprise. De ce fait, les entreprises, grandes ou petites, doivent reconnaître l’importance vitale de sécuriser leurs données électroniques contre les menaces croissantes.

Dans cet article, vous découvrirez quelques conseils pratiques sur la façon de protéger vos données contre les catastrophes naturelles ou anthropiques et d’assurer la continuité de vos activités.

1 – Évaluez les risques liés à vos données
La première étape pour protéger vos données contre les catastrophes naturelles ou anthropiques consiste à évaluer les risques liés à vos données. Les catastrophes naturelles ou anthropiques peuvent survenir à n’importe quel moment et même sans avertissement comme un tremblement de terre par exemple. Une situation de catastrophe peut causer la perte de données cruciales pour votre entreprise s’il n’y a aucune prévention par rapport à ce risque.

En évaluant les risques liés à vos données, vous pouvez hiérarchiser vos stratégies de protection des données et allouer vos ressources en conséquence.

2 – Choisissez une option de stockage de données fiable
La deuxième étape consiste à choisir une option de stockage de données fiable. Le stockage dans le cloud offre plusieurs avantages, tels que l’évolutivité, la sécurité, l’accessibilité et la rentabilité. Vous pouvez choisir parmi différents fournisseurs de stockage en nuage, tels que Google Drive, Dropbox ou Microsoft OneDrive, en fonction de vos besoins et de votre budget.

Par ailleurs, vous pouvez aussi stocker vos données dans un support physique d’une grande capacité. Ainsi, vous apporterez une sorte de diversification dans le stockage de vos données.

3 – Mettre en place un plan de sauvegarde et de récupération
La troisième étape consiste à mettre en œuvre un plan de sauvegarde et de récupération. Un plan de sauvegarde et de récupération est un ensemble de procédures et d’outils qui vous aident à créer des copies de vos données et à les restaurer en cas de sinistre. Un plan de sauvegarde et de récupération peut vous aider à minimiser vos pertes de données et vos temps d’arrêt en cas de sinistre.

Une violation de données peut avoir des conséquences dévastatrices. Outre les amendes réglementaires et les poursuites judiciaires, une entreprise peut subir une perte de confiance de la part de ses clients, une baisse de la valeur de sa marque et une perturbation opérationnelle majeure. La récupération après une violation de données peut être longue et coûteuse, voire impossible pour certaines entreprises.

De ce fait, la sécurité des données ne devrait pas être considérée comme une option, mais comme une priorité absolue pour assurer la pérennité et la confiance de l’entreprise dans un monde numérique en évolution constante.

4 – Chiffrez vos données
La quatrième étape consiste à les chiffrer. Vous pouvez utiliser diverses méthodes et outils de chiffrement, tels que des mots de passe, la biométrie ou des applications logicielles, pour chiffrer vos données.

Plutôt que de réagir après une violation de données, les entreprises doivent adopter une approche proactive en matière de sécurité électronique. Cela implique la mise en place de mesures robustes telles que le cryptage des données, la surveillance continue des réseaux, l’authentification multifactorielle et la sensibilisation des employés à la sécurité informatique.

5 – Éduquez votre personnel
La cinquième étape consiste à éduquer votre personnel. Planifier des séances de formation et de sensibilisation afin de permettre à votre personnel d’utiliser de manière responsable les données informatiques de votre entreprise. Ainsi, vous allez diminuer les risques de cyberattaque.

6 – Vérifier et mettre à jour votre plan de protection des données
La sixième étape consiste à revoir et à mettre à jour votre plan de protection des données. Chaque année, il y a une nouvelle version des Nouvelles Technologies de l’Information et de Télécommunication (NTIC). Il est donc extrêmement important de prendre en compte les nouveaux changements dans ce monde qui est en constante évolution.

L’importance cruciale d’un kit d’urgence dans une entreprise

Dans un monde où l’incertitude règne, la sécurité des employés et la résilience des entreprises sont plus essentielles que jamais. Un kit d’urgence bien organisé et complet joue un rôle vital dans la protection des vies, la minimisation des risques et la préservation de la continuité des opérations en cas d’événements imprévus.

Cet article explore l’importance cruciale d’un kit d’urgence dans une entreprise et souligne pourquoi chaque institution devrait accorder une attention particulière à cette composante essentielle de la gestion de la sécurité.

Sauvegarder la sécurité des employés.es

La sécurité des employés.es est l’une des priorités de toute entreprise responsable. En cas d’urgence, qu’il s’agisse d’un incendie, d’un séisme, d’une inondation, d’une panne de courant ou d’un autre incident grave, un kit d’urgence bien équipé peut faire la différence entre la vie et la mort. Les premiers instants après un événement critique sont souvent les plus cruciaux pour assurer la survie et le bien-être des employés.es. Un kit d’urgence bien préparé contenant des trousses de premiers soins, des lampes de poche, des radios, des couvertures de survie et d’autres fournitures essentielles peut grandement aider à atténuer les blessures et à sauver des vies. Il faut noter aussi que les articles d’un kit d’urgence varient d’une entreprise à une autre dépendamment du secteur d’activités de celle-ci.

Une institution qui ne dispose pas d’un kit d’urgence risque de mettre en péril la vie de ses employés.es en cas d’urgence car elle ne peut pas donner une première réponse immédiate à cette situation. Il faut savoir en situation de crise, la première réponse devrait être locale.

Réduction des risques et des pertes

Les entreprises sont exposées à une variété de risques, qu’ils soient d’origine naturelle ou anthropique. Avoir un kit d’urgence bien pensé et régulièrement mis à jour permet de réduire les risques potentiels et de minimiser les pertes en cas d’incident. Par exemple, en ayant des extincteurs d’incendie bien entretenus et accessibles, les départs de feu peuvent être rapidement maîtrisés avant qu’ils ne se propagent et ne causent des dégâts importants. De même, en ayant un plan d’évacuation clair et en fournissant des équipements de sécurité appropriés dans le kit, les employés peuvent être préparés à réagir rapidement et efficacement face à une situation d’urgence.

Pour lire notre article sur l’importance d’un plan d’évacuation au sein d’une entreprise, CLIQUEZ ICI

Maintien de la continuité des opérations

Une interruption soudaine des opérations peut être coûteuse pour une entreprise, tant en termes de pertes financières que de réputation. Un kit d’urgence bien organisé peut aider à maintenir la continuité des activités en cas de désastre ou d’incident majeur. En ayant des provisions adéquates, des plans d’urgence clairs et des procédures bien documentées, l’entreprise peut minimiser le temps d’arrêt et reprendre ses activités normales plus rapidement après un événement perturbateur.

Renforcement de la culture de la sécurité

En mettant en place un kit d’urgence et en sensibilisant les employés à son existence et à son utilisation, l’entreprise renforce sa culture de la sécurité. Les employés sont plus susceptibles de se sentir valorisés et en sécurité lorsqu’ils savent que leur bien-être est une préoccupation primordiale pour l’organisation. Une culture de la sécurité bien ancrée favorise également la collaboration et la responsabilisation, car chaque membre du personnel sait qu’il a un rôle à jouer dans la protection de soi-même et de ses collègues en cas d’urgence.

Cette culture de sécurité continuera même au sein de la vie familiale des employés.es. Ils vont faire en sorte d’avoir aussi un kit d’urgence dans leur maison dans le but d’assurer les besoins de leurs proches.

Pour connaitre les articles à mettre dans un kit d’urgence familial, CLIQUEZ ICI

Conclusion

En conclusion, un kit d’urgence est bien plus qu’une simple boîte remplie de fournitures. C’est un outil essentiel et stratégique pour protéger la vie et la santé des employés.es, réduire les risques et les pertes, maintenir la continuité des opérations et renforcer la culture de la sécurité au sein de l’entreprise. Investir dans un kit d’urgence bien équipé, régulièrement mis à jour et associé à une formation appropriée peut faire une énorme différence en cas de situation critique. Il s’agit d’un investissement judicieux pour toute entreprise soucieuse de la sécurité, de la résilience et du bien-être de son personnel, par-dessus tout de sa continuité des activités.

AGERCA : Rôles et responsabilités au sein de la communauté haïtienne 

En termes d’historicité, l’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) a été créée en 2007 dans le but d’encourager le secteur privé des affaires à apporter son appui au Système National de Gestion de Risques et des Désastres (SNGRD). Par conséquent, l’AGERCA devient le point focal incontournable pour le secteur des entreprises privées et la société civile au sein de ce système. Elle soutient le SNGRD en promouvant le Partenariat Public-Privé (PPP) afin de créer une grande complémentarité de partage d’expertise dans le domaine de la Gestion des Risques et des Désastres (GRD) au sein des entreprises.

A rappeler que le SNGRD est coordonné par la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) de concert avec ses différents partenaires.

Au niveau international, l’AGERCA est le point focal pour Haïti de deux grandes plateformes :

  1. Connecting Business Initiative (CBI) qui est une initiative de regroupement du secteur privé supportée par le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) et le Bureau des Nations Unis pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) ;
  2. ARISE qui est une initiative de regroupement du secteur privé supportée par le Bureau des Nations-Unies pour la Réduction des Risques et des Désastres (UNDRR).

A noter que ces deux plateformes facilitent les efforts de résilience du secteur privé dans les 5 continents et promeuvent les bonnes pratiques des institutions membres des différents réseaux à l’échelle internationale.

Quelles sont les missions de l’AGERCA ?

L’AGERCA a deux grandes missions qui sont :

  1. Encourager les entreprises et les communautés de la société civile à identifier les risques auxquels elles sont exposées et à rechercher des solutions efficaces afin d’éviter toute rupture définitive dans leur fonctionnement et leurs activités économiques et sociales ;
  2. Promouvoir les bonnes pratiques en GRD et coordonner les actions de réponse du secteur privé et de la société civile en cas de crise ou de catastrophe naturelle.

Dans le cadre de la première mission, l’AGERCA réalise des activités de prévention et de préparation à travers des séances de formation et de sensibilisation ainsi que la mise en place de certains mécanismes de gestion des risques.

Pour la deuxième, l’AGERCA réalise des ateliers virtuels et présentiels sur thématiques liées à la Gestion des Risques et des Désastres (GRD). Elle fait de la promotion des bonnes pratiques en GRD à travers ses différents canaux de communication et son système de réseautage. En plus, durant les temps de crise ou en situation d’urgence, l’AGERCA assiste les victimes d’une catastrophe au côté de la DGPC et des autres partenaires à travers la coordination des actions du secteur privé et de la société civile. 

Photo AGERCA : Des jeunes volonataires de l’AGERCA et de la Protection Civile mobilisés pour assister les victimes du séisme du 14 Aout 2021.

Quels sont les rôles et responsabilités de l’AGERCA ?

Haïti est un pays très vulnérable pour des facteurs divers notamment par sa position géographique et son caractère de pays sous-développé. L’AGERCA cherche à réduire l’impact des risques de désastre au sein des différentes communautés de la société civile et au sein des entreprises par la mise en place de certains mécanismes de gestion des risques notamment de Plans de Continuité des Activités (PCA), l’animation de séminaires et d’ateliers de formation ainsi que des forums avec des experts dans plusieurs domaines de la Gestion des Risques et des Désastres. L’ensemble de ces actions permettent aux entreprises et à la communauté en général d’approfondir leurs connaissances sur le fonctionnement du système de gestion des risques.

En temps normal, l’AGERCA :

  1. Participe à des réunions stratégiques et ateliers de planification pour mettre en place des mécanismes de gestion des risques ;
  2. Représente le secteur privé dans les Exercices de Simulation (SIMEX) organisé par les partenaires du SNGRD au niveau national ;
  3. Organise régulièrement des activités de prévention au sein des institutions membres ;
  4. Anime des sessions et ateliers de formation gratuites dans différentes communautés vulnérables ;
  5. Reste en connexion avec les acteurs du SNGRD pour faire remonter au niveau des acteurs du secteur privé et au grand public en général les informations diverses relatives à la GRD ainsi que la météo ;
  6. Mobilise des moyens pour renforcer les actions du SNGRD ;
  7. Entre autres.

En temps de crise, l’AGERCA :

  1. Mobilise ses ressources en permanence dans la salle de gestion de crise du Centre d’Operations d’Urgence National (COUN) ;
  2. Fait remonter les informations cruciales au secteur privé et à la société civile incluant la Diaspora haïtienne ;
  3. Participe aux réunions de débriefing quotidiennes de la Diaspora haïtienne avec la DGPC ;
  4. Partage la liste des besoins aux différents acteurs ;
  5. Partage avec les acteurs humanitaires internationaux, la diaspora et toutes les organisations qui interviennent dans la gestion et la réponse la liste des fournisseurs préférentiels pour l’achat local des besoins pour la réponse ;
  6. Coordonne les actions humanitaires du secteur privé, de la société civile et de la Diaspora haïtienne ;
  7. Assiste à la logistique au niveau du COUN et sur le terrain ;
  8. Supporte les besoins en communication :
  9. Des différents Centres d’Opération d’Urgence (COU) – Internet, sms blast pour les communautés à risque et celles affectées…
  10. De tous les membres actifs des Centres d’Opération d’Urgence – Lignes téléphoniques ouvertes avec un accès illimité à l’internet, les appels, les messages textes…
  11. Entre autres.

Rejoignez notre communauté

L’AGERCA compte actuellement une trentaine de membres composés de plusieurs types d’institution évoluant au sein de la communauté haïtienne. En termes de votre contribution sociale, l’AGERCA invite toutes les institutions du secteur privé et de la société civile à rejoindre sa communauté dans la poursuite de ses différentes missions.  

DANJE YO POU NOU TOUT !

Les Forums de l’AGERCA dans le cadre du programme CRR2022

Prenant compte de la vulnérabilité de notre pays en cas de catastrophe, l’Alliance pour la gestion des risques et la continuité des Activités (AGERCA) a mis en place une série d’activités dans le cadre d’un programme nommé CRR2022 (Campagne de Renforcement de la Résilience 2022) de concert avec ses partenaires. Au cours de ces differentes activités, les experts ont transmis des informations importantes pouvant servir à la construction de la résilience des institutions du secteur privé et de la société civile.  Cependant, certaines de ces informations sont parfois négligées par des décideurs stratégiques au sein de ces institutions. 

L’AGERCA étant la représentante du secteur privé et de la société civile dans le Système National de Gestion des Risques et des Désastres (SNGRD), a déjà réalisé plusieurs forums et continue de planifier d’autres séances. Chaque module de ces forums a touché toute la chaine de gestion des risques en ajoutant des exercices applicables à tous les types d’institutions. Ces forums sont donc utilisés comme des sessions de formation, débat, instruction préventive et déclaration sur les dangers.

Dans ce contexte, les forums ont été ouverts au grand public pour savoir plus sur la gestion des risques et des désastres afin d’améliorer son comportement face aux différentes menaces auxquelles toute la communauté haïtienne est exposée. La participation des bénéficiaires aux forums est une opportunité pour mieux identifier les enjeux de ces phénomènes et les bonnes réactions à adopter. Il faut savoir que certains de ces phénomènes sont incontournables et affectent tous les secteurs au niveau mondial notamment les menaces naturelles. Donc, le renforcement de la résilience aux catastrophes est essentiel pour réduire les effets négatifs de ses impacts au sein de toutes les institutions.

Les forums sectoriels et formations déjà réalisés :

Les thématiques élaborées dans le cadre de ces forums sont les suivantes :

  • Secteurs de la banque et de l’assurance, analyse et perspective en matière de GRD
  • Secteurs de l’éducation et des télécommunications, analyse et perspectives en GRD
  • Secteurs industriels, analyse et perspectives en GRD
  • Secteurs divers, analyse et perspectives en GRD

Au cours de ces forums, nous avons eu la participation de plus de 200 personnes représentant des institutions diverses au niveau du secteur privé et de la société civile.

En plus des forums réalisés en mars dernier, l’AGERCA a poursuivi les activités de cette campagne avec des sessions de formation virtuelles et présentielles sur différents thèmes de la Gestion des Risques et de Désastres (GRD) afin de renforcer la résilience des institutions haïtiennes.

En termes de résultats, plus d’une centaine d’institutions du secteur privé et de la société civile ont bénéficié de ces formations gratuites présentées par les formateurs certifiés de l’AGERCA en plus des autres activités. Les thématiques élaborées dans ces séances de formation sont les suivantes :

  • Séance de formation pour les aléas naturels et anthropiques ;
  • Séance sur le Plan d’Urgence Familial (PUF) ;
  • Plan de Continuité des Activités (PCA) ;
  • Exercice de simulation de table (SIMEX de Table) ;
  • Visite de sûreté et sécurité ;
  • Plan d’évacuation pour les entreprises ;
  • Entre autres.

 Prochain forum sur la préparation de la saison cyclonique 2022 entre le secteur privé et la protection civile

Notre prochaine session virtuelle aura lieu le mardi 14 juin de 9h00 à 11h00 sur la plateforme Zoom sur le thème suivant : ” La Protection Civile et le Secteur Privé, deux acteurs clés pour mieux préparer la saison cyclonique en Haïti “. Cette session sera animée par Dr Jerry Chandler, Directeur Général de la protection civile.

C’est une bonne occasion de resserrer les liens qui existent déjà entre le secteur privé et la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) coordonnant les actions du Système National de Gestion des Risques et des Désastres (SNGRD). Cette session permettra aussi de mettre en avant les différents projets pour préparer et mieux gérer tous les éventuels phénomènes météorologiques au cours de la saison cyclonique 2022.

Déjà, nous souhaitons une bonne participation à tout le monde !

COVID19 : La crise sanitaire mondiale et après ? D’où l’intérêt de se doter d’un Plan de Continuité d’Activité !

La crise sanitaire causée par la COVID19 a bouleversé l’économie mondiale. Les entreprises n’étaient pas prêtes pour faire face à une crise d’une si grande ampleur. Une récente enquête sur la continuité des activités de Gartner, une entreprise de consultation, montre que seulement 12% des entreprises étaient parfaitement préparées à l’impact du coronavirus. La COVID19 montre aux dirigeants des entreprises combien il est extrêmement important de se doter d’un Plan de Continuité des Activités (PCA) pour construire la résilience de leur entreprise face aux autres potentiels risques qu’elle serait exposée.

A quoi sert un Plan de Continuité des Activités (PCA) ?

Si on se base sur la définition de la norme internationale de gestion de la continuité des activités, un PCA est un outil stratégique qui sert de guide aux organisations (entreprises) pour répondre, rétablir, reprendre et retrouver un niveau de fonctionnement à la suite d’une interruption causée par une menace naturelle ou anthropique.

La crise sanitaire mondiale montre qu’il ne faut pas prendre en compte seulement les risques qui se trouvent au niveau de l’environnement immédiat de l’entreprise mais aussi les risques nationaux et internationaux.

Un Plan de Continuité des Activités (PCA) sert à :

  1. Permettre à l’entreprise d’identifier les potentielles menaces qui peuvent affecter son fonctionnement habituel ;
  2. Élaborer les scénarios plausibles pour faire face aux différentes menaces ;
  3. Assurer la survie de l’entreprise dans les situations de crise ;
  4. Anticiper les actions à entreprendre en cas de situation d’urgence tout en partageant les rôles et les responsabilités pour éviter la prise de mauvaise décision ;
  5. Construire la résilience de l’entreprise afin de continuer à servir sa clientèle pendant et même après une situation d’urgence ;
  6. Protéger le personnel de l’entreprise pour assurer la continuité des opérations critiques ;
  7. Entre autres.

Le coronavirus et le Plan de Continuité des Activités (PCA)

Le coronavirus a changé partiellement et/ou complètement le mode de fonctionnement de certaines entreprises. Lors du commencement de la crise, certains dirigeants d’entreprise étaient obligés d’imposer le télétravail à un groupe ou tout le personnel dans le but de limiter la propagation du virus et continuer les opérations vitales de l’entreprise. Tandis que si l’entreprise disposait d’un PCA, cette décision devrait être automatiquement activée dans cette période de crise. Pour certaines entreprises, le télétravail est une grande première dans leur mode de fonctionnement. Donc, elles ont intérêt à analyser cette expérience pour regarder quel est son apport au sein de l’entreprise.

Certains dirigeants d’entreprise ne donnaient pas trop d’importance à cet outil qu’est le Plan de Continuité des Activités (PCA) mais le nouveau coronavirus peut être considéré comme une incitation pour les encourager à mettre en place cet outil stratégique au sein de l’entreprise.

CHERS ENTREPRENEURS, PASSEZ A L’ACTION !
AYEZ LE PCA POUR VOTRE ENTREPRISE…

Un Plan de Continuité des Activités (PCA), un outil essentiel pour la survie d’une entreprise en cas de crise

Lorsqu’une entreprise ne planifie pas pour une situation de crise, elle perd de l’argent, des clients, et beaucoup d’avantages qui peuvent l’aider à mieux se positionner face à ses concurrents. Parfois, les dirigeants d’entreprises ont tendance à mettre la gestion des risques sur le dos des assureurs. Il faut savoir qu’une entreprise d’assurance ne va pas couvrir tous les dégâts causés par une menace. Donc, pour réduire toutes ces incertitudes, la solution se base dans la mise en place d’un Plan de Continuité des Activités (PCA) qui est un outil essentiel pour la survie d’une entreprise en cas de crise.

Pourquoi un Plan de Continuité des Activités (PCA) ?

La norme internationale de gestion de la continuité des activités (ISO 22301), définit un Plan de Continuité des Activités (PCA) comme étant l’ensemble des procédures documentées servant de guide aux organisations pour répondre, rétablir, reprendre et retrouver un niveau de fonctionnement prédéfini à la suite d’une interruption.

Raison 1 : Une connaissance approfondie des menaces auxquelles l’entreprise est exposée

Comme dit la citation « Un problème identifié est à moitié résolu ». Donc, lorsque les responsables vont identifier toutes les menaces auxquelles l’entreprise est exposée, ils vont aussi penser aux stratégies qu’ils vont mettre en place pour atténuer ou prévenir les risques de catastrophe pour l’entreprise. L’identification des menaces est une phase préliminaire dans la mise en place d’un PCA.

Raison 2 : Des actions précises en cas de crise  

Une connaissance approfondie des menaces et des dégâts qui en découlent, suscite automatiquement la mise en place au préalable des actions précises à adopter en cas de besoin. Cette démarche va apaiser le niveau de pression et permettre au personnel de réagir avec plus de sérénité. Par contre, une entreprise qui ne se prépare pas pour une situation de crise peut se trouver dans beaucoup plus de difficultés à se rétablir après la période des urgences.

Raison 3 : Un avantage concurrentiel exceptionnel

Avoir la possibilité de rester ouvert pour offrir vos services et/ou produits à vos clients en cas de crise est un avantage concurrentiel exceptionnel. Ceci va créer une sorte de confiance entre la clientèle et votre entreprise car vous serez toujours là pour leur servir même en cas de crise. En plus de ça, ce niveau de résilience peut permettre à votre entreprise de gagner des contrats d’affaires extraordinaires.

Somme toute, l’AGERCA a pour mission de vous appuyer techniquement dans la mise en place de votre Plan de Continuité des Activités (PCA) afin de rendre vos entreprises plus résilientes face aux risques de catastrophe.

L’importance d’avoir un plan d’évacuation au sein d’une institution pour renforcer la sureté et la sécurité

Un plan d’évacuation est un outil qui sert à faciliter une évacuation sûre et sécuritaire en cas d’urgence au sein d’un bâtiment d’une institution. Si ce bâtiment accueille régulièrement une quantité importante de personnes chaque jour, comme les hôtels, une institution publique, une banque, un appartement, pour ne citer que ceux-là, il est encore plus nécessaire de mettre en place un plan d’évacuation.
En Haïti, on peut compter sur nos doigts le nombre d’institution qui dispose d’un plan d’évacuation. Alors étant un pays très vulnérable, ceci devrait être un plan indispensable à la sureté et la sécurité des personnes qui fréquentent cette institution.

Un Plan d’évacuation sert à plusieurs risques

Un plan d’évacuation sert à plusieurs risques et il doit être visible, sinon, il ne sert à rien. Le risque le plus évident à quoi sert un plan d’évacuation est le risque d’incendie mais il peut aussi servir pour le risque sismique ou une fuite de gaz pour faciliter une bonne évacuation sans bousculade. Comme le plan d’évacuation sert aussi à identifier où se trouvent les équipements de secours, on peut intégrer aussi la position de l’installation d’un défibrillateur en cas de crise cardiaque au sein de l’institution.

Un plan d’évacuation crée une confiance de sureté et de sécurité

Lorsque vous rentrez dans un bâtiment et vous voyez un plan d’évacuation affiché à l’entrée, ceci vous donne un sentiment de sureté et de sécurité à l’intérieur de ce bâtiment. A l’aide de ce plan vous aurez la possibilité de repérer les différentes sorties et les moyens de secours en cas d’urgence. Vous travaillez dans un bâtiment qui dispose d’un plan d’évacuation et ce dernier est testé régulièrement par des exercices de simulation (SIMEX). Vous allez vous sentir en sureté et sécurité lors de vos journées de travail.

L’urgence n’alerte pas, préparez-vous

Une urgence ne donne pas une alerte pour signaler son arrivée, elle peut faire son apparition à n’importe quelle heure et même lors du moment le plus calme. C’est pour cette raison que vous devez vous préparer davantage afin d’éviter les réactions inappropriées en cas d’urgence. La mise en place d’un plan d’évacuation au sein de toute institution est une étape de préparation nécessaire dans la construction de sa résilience. Alors il est temps de planifier la mise en place d’un plan d’évacuation au sein de votre institution.

Investir dans la prévention des risques de catastrophe en entreprise, c’est éviter de perdre d‘avantage en situation de crise

Nous vivons dans un monde exposé à différents types de risques comme : les risques naturels, technologiques et anthropiques. Les institutions du secteur privé notamment les PMEs ont toujours tendance à négliger l’effet dévastateur de ces risques sur l’entreprise plus précisément les risques naturels. Par contre, la gestion des risques de catastrophe devrait être une thématique intégrée dans la planification stratégique annuelle de l’entreprise car en ignorant ces risques ils peuvent désorganiser une planification annuelle bien établie et même conduire l’entreprise à la faillite.

Après le séisme du 12 Janvier 2010 en Haïti, un rapport d’étude d’une firme de management et de la continuité des activités, a révélé que 50% des PMEs qui n’avaient pas de Plan de Continuité des Activités (PCA) ont fermé leurs portes définitivement. Pour éviter une telle situation, il faut que les entreprises investissent dans la prévention et la préparation contre ces risques.

Prévenir vaut mieux que réagir

En temps normal, les entreprises ont la possibilité de mettre en place tous les dispositifs nécessaires pour prévenir, préparer et atténuer les risques de catastrophe auxquels l’entreprise est exposée. Parmi les dispositifs, l’entreprise peut décider de :

  1. Mettre en place un Plan de Continuité des Activités (PCA) ;
  2. Planifier des séances de formation pour son personnel sur la Gestion des Risques et des Désastres ;
  3. Pratiquer des exercices de simulation avec son personnel afin de travailler leurs réflexes en cas d’urgence ;
  4. Mettre en place un plan d’évacuation au sein de l’entreprise ;
  5. Faciliter son personnel à avoir un Plan d’Urgence Familial (PUF) ;
  6. Entre autres.

En gestion des risques il faut utiliser la démarche proactive, il ne faut pas attendre que votre entreprise subisse un choc pour réagir. Cette bonne pratique vous évitera de perdre d’avantage et de dépenser beaucoup plus dans la reconstruction ou le renforcement. Les résultats d’une étude faite par Swiss Re, démontre que $ 1 USD investi dans la prévention et la préparation permet d’économiser environ $ 7 USD lors d’une situation de crise.

Une année passée sans être affectée par une situation de crise ne veut pas dire de réduire les dispositifs mis en place car certaines menaces sont imprévisibles comme c’est le cas des séismes. Donc, la gestion des risques de catastrophe au sein d’une entreprise est un travail en permanence. C’est le moment d’agir.

Haïti représentée par l’AGERCA dans une formation sur le Plan de Continuité des Activités en Martinique

Dans le cadre d’un projet d’appui à l’intégration régionale caribéenne sur le phénomène du changement climatique, une séance de formation s’est tenue en Martinique sur le Plan de Continuité des Activités avec des experts du bureau des nations pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR ci-devant UNISDR). Ce projet regroupe 5 pays de la caraïbe : Haïti, Martinique, Saint-Lucia, Dominique et Guadeloupe et il est financé par le gouvernement Français à hauteur de 200.000 Euros. Haïti a été représentée par l’AGERCA, qui est une association du secteur privé Haïtien et de la Société Civile. Elle travaille avec ces deux entités dans le secteur de la Gestion des Risques et des Désastres (GRD) pour leur permettre d’être plus résilientes face aux risques auxquels Haïti est exposée.

Cette formation de formateurs (trices) sur le Plan de Continuité des Activités a été réalisée du 24 au 25 Avril dernier au local de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Martinique (CCIM) dans le but de permettre aux représentants et représentantes des pays de dupliquer cette formation avec les entreprises et les plateformes d’entreprises. Ce qui va permettre aux entreprises d’être plus résilientes face aux risques de changement climatique et géologique ainsi que les risques anthropiques. En 2018, les pertes économiques enregistrées par les catastrophes naturelles et anthropiques s’élèvent à environ 115 Milliards de dollars. De plus en plus les entreprises veulent investir dans la construction de leur résilience car un dollar investit dans la résilience est égal à 105 dollars économisés dans la reconstruction.

Lors du déroulement de cette formation, les formateurs ont partagé des informations sur les différentes stratégies que peuvent utiliser une entreprise pour mettre en place un Plan de Continuité des Activités qui va renforcer sa résilience et aussi à identifier des opportunités lors des situations de catastrophe. Les participants ont aussi partagé leur bonne pratique et leur expérience.
De notre côté, l’AGERCA se donne pour objectif de faire une promotion de grande envergure du Plan de Continuité des Activités en Haïti. Nous allons travailler avec les associations d’entreprise de tous les secteurs et nous allons même travailler avec le secteur public parce que ce n’est pas seulement le secteur privé qui doit avoir un plan pour continuer ses activités, le secteur public aussi doit en avoir.