AGERCA – Haiti : Rapport de situation #8 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Une semaine après le tremblement de terre du 14 août 2021, le directeur général de la Protection civile, Dr Jerry Chandler, accompagné de Tim Callaghan – conseiller humanitaire principal de l’USAID pour l’Amérique latine et les Caraïbes a visité, une nouvelle fois, plusieurs communes des départements du Sud, des Nippes et de la Grand’Anse, afin de renforcer la stratégie de réponse d’urgence.

La direction générale de la Protection civile est en train d’accélérer le processus d’acheminement de l’aide vers les zones affectées par le tremblement de terre, ainsi que la distribution de celle-ci dans les communautés. Les besoins humanitaires prioritaires sont les abris, les soins de santé, l’eau et la nourriture. Les prochaines opérations seront conduites grâce à un important appui de l’Armée américaine.

L’évaluation structurelle se met en place dans le département du Sud. L’opération bénéficie d’un appui de l’Ambassade suisse en Haïti. Par ailleurs, le secteur Éducation poursuit l’évaluation des écoles affectées.

Dans la Grand’Anse, le problème des ponts endommagés ralentit l’acheminement de l’aide du centre de Jérémie vers les autres communes. Des alternatives d’entreposage hors de la du chef-lieu sont privilégiées.

Une délégation des Nation unies, dirigée par Mme Helen La Lime, représentante du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, a visité, vendredi, le Centre d’opérations d’urgence national. Mme La Lime était accompagnée d’autres personnalités dont le représentant du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Haïti.

Une mission de l’Agence caribéenne de gestion des catastrophes et des réponses aux urgences (CDEMA) a rejoint les structures de Protection civile. L’Agence a déjà appuyé, par le passé, plusieurs centres d’opérations d’urgence.

De nouveaux corps ont été trouvés dans le Sud. Le bilan humain pour les trois départements passe désormais à 2207 morts, 344 personnes disparues et 12 268 blessés. Le nombre de maisons détruites ou endommagées n’a pas changé depuis le dernier rapport.

Actions entreprises

Coordination et information du public

Les actions de contrôle, de supervision et de coordination sont conduites au quotidien au Centre d’opérations d’urgence national (COUN) et dans les trois centres départementaux qui sont activés. Ces derniers accueillent de plus en plus d’acteurs humanitaires, arrivés au pays pour apporter leur soutien à la coordination, les opérations sur le terrain, incluant les évaluations rapides.

Une délégation des Nation unies, dirigée par Mme Helen La Lime, représentante du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, a visité le COUN, vendredi. Mme La Lime était accompagnée d’autres personnalités dont le représentant du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Haïti. Il s’en est suivi une conférence de presse dans laquelle des points ont été élucidés sur la distribution de l’aide aux victimes.

Recherche et Sauvetage

De moins en moins de personnes en vie ou de corps ont été sortis des décombres ces derniers jours. Néanmoins, les opérations de recherches et de sauvetage se poursuivaient encore samedi, notamment dans la ville des Cayes, où un groupe de sapeurs-pompiers a reçu une alerte qu’il n’a pas pu confirmer.

Assistance à la population

La direction générale de la Protection civile est en train d’accélérer le processus d’acheminement de l’aide vers les zones affectées par le tremblement de terre, ainsi que la distribution de celle-ci dans les communautés. Les besoins humanitaires prioritaires sont les abris, les soins de santé, l’eau et la nourriture. Les prochaines opérations seront conduites grâce à un important appui de l’Armée américaine.

Dans la Grand’Anse, le problème des ponts endommagés ralentit l’acheminement de l’aide du centre de Jérémie vers les autres communes. Des alternatives de stockage hors de la ville sont privilégiées.

Entretemps, l’Organisation pour les migrations a procédé vendredi à la distribution de 5 000 kits d’hygiène aux Cayes, dans le Sud, de 200 jerricans et de couvertures de laine, de bâches dans les Nippes, touchant ainsi 1 186 familles.
Toujours vendredi, 10 camions d’assistance humanitaire, dont 3 de 40 pieds, sont partis vers le Grand Sud, pour diverses destinations : Miragoâne, Aquin, les Cayes et autres.

Santé

La direction sanitaire du Sud conduit actuellement une évaluation en santé sexuelle et reproductive et l’évaluation de ses structures sanitaires, pour mieux fournir un soutien adapté à certains hôpitaux de référence (HCR). Les capacités en soins obstétricaux et néonatals d’urgence de base est également afin de répondre aux besoins urgents des adolescentes, filles et femmes des départements affectés. Appui UNFPA

Les hôpitaux et centres de santé, encore fonctionnels dans les trois départements touchés, travaillent à la limite de leurs capacités. Ils attendent des renforts en personnel et équipements. Un besoin urgent de sang est signalé particulièrement à l’hôpital Sainte Thérèse de Petit Trou de Nippes, commune de l’épicentre.

Néanmoins, le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) a rappelé vendredi que le déploiement d’équipes de terrain médicales doit faire l’objet d’une approbation préalable. Les requêtes peuvent être effectuées sur le site www.virtual.cicom ou en remplissant un formulaire et l’envoyer via les courriels cicomhaiti.mspp@gmail.com et delafuentel@paho.org.

Par ailleurs, le MSPP assure un contrôle conjoint avec la direction générale de la Protection civile sur l’entrée au pays de médicaments non désirés ou expirés. Les ambassades d’Haïti contribuent également au processus pour une meilleure adéquation des dons aux besoins identifiés sur le terrain.

Infrastructures Vendredi, le ministère des Travaux publics, Transports et Communication a confirmé l’interdiction de traverser le pont Dumarsais Estimé sur la rivière de la Grand’Anse. La veille, la Police nationale d’Haïti l’avait fermé la circulation des automobiles et surtout des poids lourds, après avoir constatée une importante déformation du tablier. Une déviation et un passage à gué temporaire devraient permettre de rétablir complètement le franchissement de la rivière. L’évaluation structurelle se met en place dans le département du Sud. Un appui de l’ambassade suisse est donné en ce sens. En même temps se poursuivent les évaluations des écoles endommagées.

Protection

Le ministère à la Condition féminine et aux Droits de la femme conduit une analyse de contexte sur les services, les comportements et les besoins spécifiques des femmes et filles face à la violence basée sur le genre, qui permettra d’avoir une vision d’ensemble des besoins spécifiques de celles-ci, en relation aux risques de la violence basée sur le genre en contexte humanitaire. Appui UNFPA.

L’institution de bien-être sociale et de recherche (IBSER) procède à l’évaluation et la catégorisation des enfants victimes du tremblement de terre et de la tempête Grace. Les équipes d’IBERS sont sur le terrain. Un total de 77 foyers pour enfants dont 48 foyers pour le Sud, 8 pour les Nippes et 21 pour la Grand’Anse et 50 familles d’accueil dans le Sud ont déjà été évalués. 90% des enfants sont actuellement hors de danger. Appui Unicef.

Des actions de distribution de kits d’hygiène et de bâches ont été entreprises dans 10 foyers d’enfants dans le Sud. La distribution va se poursuivre.

En ce qui a trait aux mesures préventives contre la traite et le trafic d’enfants, l’IBERS commence à déployer des points focaux à l’entrée des établissements de santé pour surveiller les entrées et les sorties afin de prévenir le trafic et la traite d’enfants. Cette mesure est déjà effective à l’hôpital des Cayes et se poursuit dans toutes les autres structures de santé. Appui Unicef.

En ce qui a trait au traitement des détenus, d’Anse à Veau : 155 sur 223 ont été transférés dans les commissariats de police de Petit Goâve et Miragoâne.

Operation Blessing Haïti a envoyé deux travailleurs sociaux pour l’appui psychosocial, des médicaments et des kits de premiers soins dans la Grand’Anse

Logistique

La direction générale de la Police nationale d’Haïti travaille à l’amélioration des escortes devant accompagner les convois humanitaires.

Le port de Saint Louis du sud est partiellement opérationnel et sera mis à la disposition de l’État par le secteur privé. Le quai est en réparation et le port sera totalement disponible dans une semaine.

Trois navires de l’Armée dominicaine ont accosté vendredi au wharf de Jérémie avec de l’aide d’urgence pour la Grand’Anse.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

Une mission de l’Agence caribéenne de gestion des catastrophes et des réponses aux urgences (CDEMA) a rejoint les structures de Protection civile. L’Agence a déjà appuyé, par le passé, plusieurs centres d’opérations d’urgence. C’était le cas en 2010, à la suite du séisme du 12 janvier, et en 2016 pendant le passage de l’ouragan Matthew, dans la même région touchée, il y a une semaine, par le tremblement de magnitude 7.2.

Recommandations

  • Trouver des alternatives aux interdictions de passage sur les ponts de Grand’Anse et de Roseaux afin de bien desservir les communes de Beaumont, Pestel, Roseaux ;
  • Favoriser la prise en charge sur les lieux de vies des familles ;
  • Compléter la cartographie sur l’état des routes de la région du Sud ;
  • Renforcer les moyens de soins aux blessés ;
  • Informer la population sur les grands risques de la zone ;
  • Renforcer la sécurisation des convoi.

Communiqué de presse – Le secteur privé se mobilise pour venir en aide aux familles affectées par le séisme

La région Sud du pays est frappée très fort par un seisme de magnitude 7.2, le 14 août dernier, aux environs de 8h30 AM. Le tremblement de terre a eu lieu à 13 kilomètres au Sud-Est de Petit Trou de Nippes, département des Nippes, à 10 kilomètres de profondeur. Il a été suivi d’autres répliques.

Cette catastrophe a mis à nu le niveau de vulnérabilité et d’exposition d’Haïti par rapport aux risques de catastrophe. Pour l’instant, le bilan partiel du séisme passe à 2 189 morts, 332 disparus, 12 268 blessés, 52 953 maisons détruites et 77 006 maisons endommagées.

Pour répondre aux urgences, tous les acteurs se mobilisent pour venir en aide aux familles affectées par cette catastrophe. L’AGERCA étant la représentante du secteur privé et de la société civile dans le Système National de Gestion des Risques de Désastre (SNGRD) se mobilise aussi pour collecter les dons du secteur privé et d’organisations de la société civile ainsi que des particuliers au niveau de plusieurs points de collecte.

Ces dont sont reçus : au bureau central de la DIGICEL – Turgeau (Lundi – Vendredi 10h à 4h et Samedi 10h à 16h) ; au Parc historique de la Canne-à-Sucre – Tabarre (Lundi – Vendredi 8h à 16h, Samedi – Dimanche 8h à 14h) ; à Internegoce sur la route de l’Aéroport – Rue Jean Gilles #17 (Lundi – Vendredi 8h à 16h) ; à Radio Télé Guinen – Delmas 31 (tous les jours 8h – 19h) ; CFHCI – Pétion-Ville, rue Goulard #5 (Lundi – Vendredi 8h à 16h) ; à Compass – Pétion-Ville, rue Metellus #35 (Lundi – Vendredi 8h à 16h).

Pour l’instant, Culligan a offert 2 500 gallons d’eau ; la AIC, 800 Bouteilles d’eau de 591 ml ; la BRANA, 2 000 000 gourdes et la Matpar a fait un don monétaire de 500 000 gourdes. De plus, la Comme il faut a acheté des produits équivalant à 100 000 USD ; la DIGICEL a offert environ 12 500 gallons de fuel a différentes institutions et des + minutes locales, internationales, sms et internet chaque jour aux abonnés des départements affectés ; la Valerio Canez a offert des dons en nature, incluant des panneaux solaires, des réfrigérateurs et des lampes rechargeables.

Dans le but de supporter l’économie nationale dans cette situation de crise, l’Agerca encourage tous les donneurs notamment les institutions humanitaires de se procurer aussi des produits locaux fabriqués par des entreprises haïtiennes pour donner comme aide aux familles affectées.

L’Agerca continue de collecter les dons à travers nos points de collecte et un bilan global des produits reçus sera présenté à la fin du processus. Elle profite pour envoyer un remerciement spécial à tous ses membres et partenaires pour leur support incommensurable à la population haïtienne dans cette situation de crise.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #7 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Le Gouvernement haïtien continue de renforcer sa stratégie d’acheminement de l’aide vers la région du Sud pour accélérer la distribution de l’assistance à la population. L’expédition se fera désormais par voie marine, aérienne et terrestre.

Le bilan partiel du séisme passe à 2 189 morts, 332 disparus, 12 268 blessés, 52 953 maisons détruites et 77 006 maisons endommagées.

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) réitère son appel à l’aide concernant des intrants médicaux en vue de continuer à soigner les personnes blessées, les patientes et patients ayant subi une intervention chirurgicale et d’autres malades

Des constructions, fragilisées par le tremblement du 14 août 2021, se sont effondrées après la réplique de magnitude 4.85, enregistrée le mercredi 18 août à la mi-journée. Dans le Sud, les opérations de déblaiement se poursuivent, atteignant désormais les bâtiments publics.

Le Gouvernement américain annonce l’arrivée en Haïti de 200 marines à bord de l’USS Arlington, à partir du vendredi 20 août 2021. Cette mission vient en support aux victimes du cataclysme du 14 août 2021.

Bilan partiel des dégâts

Bilan humain

Le bilan du séisme n’est pas mis à jour dans le présent rapport. La journée a surtout servi à une grande mobilisation d’évaluateurs en vue de renforcer la mission, alors que les opérations de recherche et sauvetage se poursuivent sur le terrain.

Infrastructures

La Police nationale d’Haïti a pris de nouvelles dispositions pour fermer le pont Dumarsais Estimé à la circulation des automobiles et surtout des poids lourds. Auparavant, le passage de ces derniers y était interdit en raison de la fragilité de l’ouvrage. Les convois d’assistance humanitaire, en provenance de Port-au-Prince, ne peuvent pas arriver directement jusqu’à la ville de Jérémie.

Une déviation et un passage à gué temporaire devraient permettre de rétablir complètement le franchissement de la rivière de la Grand’Anse. Après les nombreux mouvements de terrain provoqué par le tremblement de terrain dans le Sud, la Grand’Anse et les Nippes, et l’aggravation de la situation par le passage du cyclone Grace sur la péninsule Sud.

Actions entreprises

Coordination

Les actions de contrôle, de supervision et de coordination sont conduites au quotidien au Centre d’opérations d’urgence national et dans les trois centres départementaux qui sont activés. Ces derniers accueillent de plus en plus d’acteurs humanitaires, arrivés au pays pour apporter leur soutenir la coordination, les opérations sur le terrain, incluant les évaluations rapides.

Information du public

Depuis le séisme, 7 conférences et points de presse ont été donnés par le gouvernement et le Centre d’opérations d’urgence national. L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la population, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Recherche et Sauvetage

Des opérations de recherches et de sauvetage sont conduites tant dans les grands centres urbains que dans les zones reculées. Une équipe haïtienne, composée de brigadiers volontaires de la Protection civile, de sapeurs-pompiers et techniciens des Travaux publics s’est rendue à Ducis pour porter secours à la population locale, après plusieurs opérations menées aux Cayes (sud). Parallèlement des équipes étrangères, déjà sur place ou en train d’arriver, renforcent la mission dans les trois départements les plus touchés.

Protection civile, de sapeurs-pompiers et techniciens des Travaux publics s’est rendue à Ducis pour porter secours à la population locale, après plusieurs opérations menées aux Cayes (sud). Parallèlement des équipes étrangères, déjà sur place ou en train d’arriver, renforcent la mission dans les trois départements les plus touchés.

Assistance à la population

Dans les convois humanitaires du 18 et 19 août, le COUN a envoyé 600 kits alimentaires et 300 kits d’hygiène qui seront distribués aux populations d’Aquin, de Saint Louis du Sud et des Cayes (Sud) ; le Programme alimentaire mondial (PAM), 3,15 tonnes de riz et 790 kilogrammes de pois ; et l’OIM, 3 000 kits d’hygiène, 2 500 couvertures, 400 kits de réparation et 500 bâches pour la population des Cayes (Sud) et de Miragoâne (Nippes).

Ces dernières 48 heures, 1 319 bâches, 1 141 kits d’hygiène et 1 400 couvertures ont été distribués par des partenaires humanitaires dans les trois départements les plus touchés. Dans la Grand‘Anse, 1 050 familles ont reçu 5 000 gourdes chacune dans les communes les plus touchées.

Un hélicoptère de la Croix-Rouge a atterri à Corail, dans la Grand’Anse, où des agents de l’USAID ont fourni de l’assistance aux blessés. Ces derniers ont promis de faire un don d’une génératrice à l’hôpital saint Pierre de Corail.
La Croix-Rouge a également procédé à des distributions à 100 familles à Torbeck, à raison de 3 couvertures, 1 seau et 1 kit d’hygiène par famille, et à 186 familles, identifiée dans une dizaine de localités de Saint-Louis du Sud (1 kit d’hygiène, 1 couverture de laine, 1 bâche et 1 jerrycan pour chaque famille).

Dans le Sud, 27 500 familles devront recevoir, le samedi 21 août, des kits alimentaires, des kits d’hygiène et des bâches dans les communes de Camp-Perrin, Maniche et Cavaillon.

Santé

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) réitère son appel à l’aide concernant des intrants médicaux pour soigner les blessés, les patientes et les patients ayant subi des interventions chirurgicales et d’autres malades.

Par ailleurs, le MSPP exige que les manifestations d’intérêt soient traitées avant même l’envoi de dons médicaux afin d’éviter notamment les articles inappropriés pour le moment ou des médicaments périmés. Des dons en autonomie énergétique seraient aussi les bienvenus.

Pour pallier les difficultés rencontrés sur le terrain, des partenaires d’appui en santé ont déployé, dans la Grand’Anse, des équipes munies d’intrants et du personnel pour soigner les blessés.

Toujours dans les départements affectés, des évaluateurs du secteur santé sont en train de compléter les listes de patients hospitalisés, les types de blessures contractés et les données démographiques des patients. Ces évaluations prennent aussi en compte le niveau de dommages subis par les établissements de santé et leurs besoins.

Le MSPP a installé une tente de 27 m2 à l’aéroport des Cayes pour le triage des blessés accueillis. Les blessés graves sont transportés à l’hôpital universitaire de Mirebalais (Centre) par Haïti Ambulance. Ces dernières 24 heures, la Croix-Rouge haïtienne a rapporté le transport de 9 blessés vers les hôpitaux Bernard Mevs et Saint Camille, dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince (Ouest).

Au COUD de la Grand’Anse, le secteur Santé a prévu, ce jeudi matin, de fournir un soutien orthopédique aux blessés.

Protection

Selon un rapport de l’Institut du bien-être social et de recherche (IBESR), les sept maisons d’enfants des Nippes ont besoin chacune de 400 kits alimentaires et 200 kits d’hygiène pour faire face à cette situation de crise. Aussi, pour éviter que les enfants ne dorment dans les maisons pendant la réplique, l’IBESR a sollicité l’appui de partenaires pour vingt-quatre (24) grandes tentes, à défaut, 125 bâches pour installer des abris et reloger les enfants sous le contrôle des membres du personnel des maisons d’enfants jusqu’au retour à la normale.

Logistique

Le COU national continue de renforcer sa stratégie d’acheminement de l’aide vers la région du Sud en vue d’accélérer la distribution de l’assistance à la population. L’expédition de l’aide se fera désormais par voie marine, aérienne et terrestre.

Ajouté à l’hélicoptère du Service aérien humanitaire des Nations unies (UNHAS), le Gouvernement américain met à disposition du secteur logistique un hélicoptère pour le transport du personnel humanitaire vers Les Cayes (Sud), Jérémie (Grand’Anse) et Gressier (Ouest). L’appareil sera disponible dans les prochaines 24 heures.

Le service de transport maritime est également disponible pour le transport de l’aide humanitaire de Varreux à la Marine (Carrefour, Ouest). Le secteur évalue actuellement le port de Jérémie (Grand’Anse) pour voir si une barge peut y être accostée.

Le Gouvernement haïtien et ses partenaires mettent tout en oeuvre en vue de sécuriser les convois d’assistance humanitaire. Depuis dimanche, la Police nationale d’Haïti escorte un ou deux convois de 7 à 12 véhicules par jour. Le secteur a réalisé une carte sur les contraintes d’accès et à partager avec les partenaires.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

Les partenaires qui contribuent à la réponse : Agerca, BHA, Caritas, Croix-Rouge haïtienne, CRS, FOOD FOR THE HUNGRY, OCHA, OHCHR, OIM, OPS/OMS, PAM, PNUD, UNFPA, UNHCR, Unicef et ses partenaires, USAID et les projets d’appui de la direction générale de la Protection civile.

Le fonds d’urgence des Nations Unis (CERF), à la demande d’OCHA, octroie 8 millions de dollars aux agences des Nations unies pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre. Les secteurs Santé ; Abris ; Eau potable, assainissement et hygiène, Protection et Logistique sont prioritaires. Le Fonds d’assurance caribéen contre les risques liés aux catastrophes (CCRIF SPC) effectuera un versement d’environ 40 millions de dollars américains au Gouvernement d’Haïti à la suite du tremblement de terre dévastateur de magnitude 7,2, qui a eu un impact important notamment sur la ville des Cayes.

Le Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO) a approuvé l’octroi d’un million de livres sterling pour soutenir l’intervention, en Haïti, de l’équipe de soutien opérationnel de la CARICOM (COST) de l’Agence caribéenne de gestion des catastrophes et des réponses aux urgences (CDEMA) ; la mission de équipe des Nations unies pour l’évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) ; mais aussi le déploiement d’une équipe médicale d’urgence britannique, d’une équipe chirurgicale britannique en attente de confirmation de la part de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et d’un navire britannique stationné au large des côtes d’Haïti.

La République dominicaine, le Venezuela, le Mexique, la Colombie, le Japon, le Panama et le Costa Rica ont aussi aidé Haïti en fournissant du matériel de secours, des médicaments, des kits d’hygiène et de la nourriture.

Recommandations

  • Poursuivre la prise en charge des blessés et l’acquisition des intrants en tenant compte des besoins identifiés ;
  • Accélérer le processus de déblaiement tout en complétant les opérations de recherche et de sauvetage en vue de faciliter l’installation d’abris temporaires dans les espaces de vie des familles victimes ;
  • Compléter la cartographie sur l’état des routes de la région du Sud ;
  • Poursuivre l’évaluation rapide des dégâts sur le terrain ainsi que les évaluations sectorielles en vue de préparer l’évaluation macroéconomique des pertes et dommages pour un relèvement rapide du Grand Sud ;
  • Intensifier l’information du public sur les opérations et la sensibilisation du public à travers les médias traditionnels et les médias sociaux ;
  • Assurer une meilleure coordination des élans de solidarité de la population ainsi que les institutions humanitaires et philanthropes.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #6 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Alors que le gouvernement apporte du support aux familles victimes du tremblement de terre du 14 août 2021, le cyclone Grace a fait de nouveaux victimes dans le département du Sud-est. Quatre personnes sont décédées. La commune la plus touchée est Marigot avec 500 maisons inondées sur un total de 615 inondées pour l’ensemble du département.

Le bilan partiel du séisme passe à 2 189 morts, 332 disparus, 12 268 blessés, 52 953 maisons détruites et 77 006 maisons endommagées.

Au moins une secousse supérieure à de 4.5 a été enregistrée ces dernières 24 heures. La population du Grand Sud doit continuer à faire attention aux répliques qui continuent de se produire

La route nationale #7, coupée à nouveau à la circulation après le passage du cyclone Glace, est débloquée au niveau de rivière Glace.

Le nombre de points de rassemblement des personnes déplacées continue d’augmenter. Ils sont passés à 38 à 79 depuis le dernier rapport de la mardi. Cependant, le gouverne-ment préconise la construction d’habitat semi-temporaire à proximité des lieux de vie des familles sans abri et l’acheminement de l’aide au cas par cas dans les quartiers les plus touchés.

Tenant compte des évaluations déjà effectuées, au moins 650 000 personnes ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence dans le Sud, la Grand’Anse et les Nippes. Cela représente environ 40% de la population de ces 3 départements, qui est de 1,6 millions de personnes.

Un problème persistant d’eau potable est signalé dans les trois départements affectés, surtout à Pestel, Grand’Anse.

Actions entreprises

Coordination

La coordination des opérations d’urgence se poursuit au niveau du centre d’opération d’urgence nationale. Le Premier ministre a confié aux ministres à la Condition féminine (Sud), du Tourisme (Nippes) et de l’Environnement (Grand’Anse) la mission de superviser le déroulement des opérations de secours dans les zones affectées.

Deux réunions touchant des points de décisions critiques : l’urgence d’acheminer de l’eau, de poursuivre les évaluations sectorielles, l’augmentation du nombre de convoi et la stratégie d’habitat des populations des zones touchées.

Dans les Nippes, trois réunions de coordination ont eu lieu avec les partenaires sur le terrain pour couvrir les axes d’actions en santé, nutrition, transfert de cash, eau et assainissement, besoins non nutritionnels.

Information du public

Depuis le séisme, 6 conférences et points de presse ont été données par le gouvernement et le Centre d’opérations d’urgence national. L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la population, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Recherche et Sauvetage Les équipes nationales de sauvetage, considérablement renforcées par d’autres équipes étran-gères, sont toujours à pied d’oeuvre dans les trois départements les plus touchés. Aucun chiffre n’a été reporté ces dernières 24 heures, concernant des personnes qui seraient extraites vivantes des décombres.

Assistance à la population

Les opérations d’assistance à la population continuent de se renforcer. Ces dernières 48 heures, 1 319 bâches, 1 141 kits d’hygiène et 1 400 couvertures ont été distribués par des partenaires humanitaires dans les trois départements les plus touchés. Un réservoir de 5 000 litres a été ins-tallé dans la commune de l’Azile (Sud).

Au moins, 25 lampes solaires sont disponibles pour l’éclairage des lieux de rassemblements dans la ville des Cayes, département du Sud.

Un total de 2 950 biens non alimentaires (kits d’hygiène, couvertures, bâches, kits de réparation a été convoyé vers le Sud.

Santé

Le Direction départementale de santé des Cayes a informé que les 3 salles d’opération de l’hôpital de l’immaculée Conception sont fonctionnelles mais on a besoin urgemment d’un technicien pour réparer l’amplificateur de brillance et les climatiseurs. La Croix Rouge Haïtienne a fait le transport de 9 blessés

Protection

Le BSEIPH poursuit son évaluation sectorielle : 5 902 femmes et filles affectées dans le sud dont 720 femmes et filles en situation d’handicap ; l’institution a fait une distribution de kits et de lampes solaires pour 100 bénéficiaires.

La direction de l’administration pénitentiaire des Cayes, Sud, a complété le transfert des détenus de la prison central de la ville à Petit-Goâve.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

Les partenaires qui contribuent à la réponse : Agerca, Croix-Rouge haïtienne, CRS, OCHA, OHCHR, OIM, OPS/OMS, PAM, PNUD, UNFPA, UNHCR, Unicef et ses partenaires et les projets d’appui de la direction générale de la Protection civile.

Recommandations

Accélérer le processus de déblaiement tout en complétant les opérations de recherche et de sauvetage en vue de faciliter l’installation d’abris temporaires dans les espaces de vies des familles victimes ;

Poursuivre l’évaluation rapide des dégâts sur le terrain ainsi que les évaluations secto-rielles en vue de préparer l’évaluation macroéconomique des pertes et dommages pour un relèvement rapide du Grand Sud ;

Poursuivre la prise en charge des blessés au niveau des centres hospitaliers ;

Intensifier l’information du public sur les opérations et la sensibilisation du public à tra-vers les médias traditionnels et les médias sociaux ;

Assurer une meilleure coordination des élans de solidarité de la population ainsi que les institutions humanitaires et philanthropes.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #5 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

La population doit s’attendre à des répliques à la suite du séisme de magnitude 7.2 du 14 août 2021 qui a eu lieu à 13 km au sud-sud-est de Petit Trou de Nippes, département des Nippes, à 10 kilomètres de profondeur. Une extrême vigilance est requise en ce qui concerne les maisons endommagées ou fissurées, notamment en raison des pluies.

Les équipes de sauvetage sont toujours à pied d’oeuvre dans les trois départements les plus touchés et elles sont en train d’être renforcées par d’autres équipes étrangères en cours de déploiement. Au moins 34 personnes ont été extraites vivantes des décombres ces dernières 72 heures.

Le nouveau bilan humain du tremblement de terre s’élève à 1 941 morts : 1 597 dans le Sud, 205 dans la Grand ‘Anse, 137 dans les Nippes et 2 dans le Nord-Ouest. Plus de 9 900 blessés sont enregistrés dans les départements du Sud, des Nippes et de la Grand‘Anse. Ce bilan reste très partiel.

Au niveau de l’habitat, 52 953 maisons sont détruites et 62 862 maisons endommagées dans les 3 départements les plus affectées (Sud, Grand‘Anse et Nippes). Plus de 115 815 familles sinistrées sont déjà enregistrées dans les 3 départements les plus touchés.

Tenant compte des évaluations déjà effectuées, plus de 579 000 personnes ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence dans les 3 départements les plus touchés par le séisme. Cela représente environ 40% de la population de ces 3 départements, qui est de 1,6 millions de personnes.

Le problème de l’eau à Pestel persiste. Près de 1 810 citernes sont fissurées ou détruites dans la commune. Les besoins en eau, tant pour la boisson que pour d’autres usages, sont toujours aussi urgents.

L’alerte émise sur le pays a été levée ce mardi en mi-journée. Toutefois l’Unité hydrométéorologique (UHM) et la direction générale de Protection civile demande à la population des zones à risques d’inondation, d’éboulement et de glissement de terrain de rester vigilante et de respecter les consignes de sécurité habituelles.

Actions entreprises

Coordination

Les aires Coordination, Information et analyse et Information du public du centre d’opéra-tions d’urgence national sont activées depuis samedi matin. La mobilisation a été effective dès la réception des premières informations concernant l’impact et la permanence est décrétée. La com-munication est maintenue avec la hiérarchie du Système national de gestion des risques de dé-sastre, ainsi que les coordinations départementales de gestion des risques de désastre. Une équipe multidisciplinaire a été constituée pour assurer l’évaluation rapide des dégâts.

Au niveau départemental, le coordinateur technique départemental est chargé de coordonner la réponse d’urgence et les évaluations rapides des besoins. Il est appuyé par les partenaires huma-nitaires tels que l’OCHA et l’OIM. Une équipe UNDAC de 10 personnes est déployée pour renfor-cer la coordination au niveau départemental, à raison de trois par département et une au niveau central. La coordination de l’aide des ONG se fait en étroite collaboration avec la DGPC et OCHA.

Information du public

Depuis le séisme, 5 points de presses ont été données par le Premier ministre et plusieurs autres par le Directeur Général de la protection civile. L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la po-pulation, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Recherche et sauvetage

Les équipes de sauvetage sont toujours à pied d’oeuvre dans les trois départements les plus tou-chés et elles sont en train d’être renforcées par d’autres équipes étrangères en cours de déploie-ment. Au moins 34 personnes ont été extraites vivantes des décombres ces dernières 72 heures.

Assistance à la population

Les populations dont leurs maisons sont détruites sont réfugiés dans des points de rassemble-ment qui sont surtout des places publiques et des terrains vides. Dans le Sud, on compte 5 points de rassemblements et 33 autres dans les nippes.

Santé

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) appelle les citoyens à faire don de leur sang pour faciliter l’apport de soins aux victimes. Au total 74 professionnels de la santé, pour la plupart des spécialistes, sont déployés sur les départements touchés selon les besoins spécifiques des institutions de prise en charge. Ils ont pris en charge 1 710 blessés dans les trois départements. Plus d’une dizaine de blessés graves ont été transférés vers le département de l’Ouest pour être amenés vers les institutions de prise en charge.

Protection

Le Bureau de la secrétairerie d’état à l’intégration des personnes handicapées (BSEIPH) estime que 1 475 personnes handicapées dont 720 femmes et filles nécessitent une aire urgente ;

La prison civile des Cayes a été endommagée par le tremblement de terre. La DAP compte transférer temporairement tous les détenus à Petit-Goâve, une cinquantaine de détenus ont déjà été transférés à la prison civile de Petit-Goâve.

Selon l’IBESR, certains bâtiments logeant des enfants dans le Sud sont endommagés. A titre de rappel, plus de 1 700 enfants sont pris en charge par 48 maisons d’enfants dans le Sud.

Assistance humanitaire – Internationale et nationale

  • OCHA soutient la DGPC dans la coordination de la réponse ;
  • Arrivée de l’équipe UNDAC des Nations unies pour supporter les évaluations rapides et la coordination au niveau départemental.
  • Le PNUD a fourni au COUN et aux CTD les plus touchés des minutes de recharge pour la communication, un véhicule et du carburant pour faciliter les déplacements.
  • Deux convois humanitaires sont prévus pour demain mercredi 18 août pour acheminer l’assistance humanitaire vers les populations affectées ;
  • Distribution de 665 bâches (dimension 4 x 5) à 260 familles et Installation d’un blader (5000 litres) sur la commune de L’Azile par SI et Croix-Rouge néerlandais
  • Installation d’une tente à l’hôpital OFATMA via la DPC pour la continuité de la prise en charge médicale
  • La DIGICEL a renfloué en recharges électroniques pour faciliter la communication entre les acteurs qui gèrent la crise et a fait un don de 500 gallons de carburant pour les travaux publics
  • La compagnie privée Culligan va livrer au COUN 2500 gallons d’eau demain dans la matinée et AIC 800 caisses d’eau.

AGERCA – Unité Hydrométéologique (UHM) : Bulletin Spécial de la dépression tropicale Grace (Vigilance orage)

Description :

Dépression Tropicale GRACE
Localisation :
Latitude 17.04N
Longitude 70.9 W
Soit à environs à 200 km au Sud-Est de Port-au-Prince (Haïti) et 295 km à l’est de la ville des
Cayes
Vent max soutenus : 55 Km/h
Déplacement : Ouest à 24 km/h
Pression Minimale : 1008 Hpa

Observations sur Haïti

Temps chargé par des nuages d’altitudes à l’avant du système qui gagnent graduellement nos départements. Les alizés sont encore variables à faibles par endroits et par moments sur le pays. Prévision sur Haïti par rapport au passage de la dépression tropicale GRACE

Prévision sur Haïti par rapport au passage de la dépression tropicale GRACE

Le centre de la Dépression Tropicale Grace se localise à 08h Am ce matin à environ à 200 km au Sud-Est de Port-au-Prince (Haïti) et 295 km à l’est de la ville des Cayes. IL se déplace vers l’Ouest à une vitesse de 24 km/h, des vents maximums soutenus de 55km/h et affiche une baisse de sa pression minimale centrale jusqu’à 1008 hpa.

Selon les dernières prévisions de trajectoires, le centre de cette dépression s’oriente vers la presqu’Ile du sud et devrait la parcourir en début d’après-midi et en soirée d’aujourd’hui. A cet effet, des activités pluvieuses, orageuses modérées parfois fortes par endroits, pouvant cumulées jusqu’à 100 à 150 milimètres de pluies dans les plaines et 200 milimètres sur les hauteurs sont possibles sur le pays notamment sur les départements de la Grande-anse, du Sud,
des Nippes, du Sud’Est, de l’Ouest, du Centre et de l’Artibonite .

Par ailleurs, quelques rafales de vents spontanées, soutenus et des conditions de grosses mers sont attendues pendant le passage de ce système cyclonique.

En conséquence, l’UHM du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) de concert avec la Direction de la Protection Civile et le SPGRD du Plan National de Gestion des Risques et des Désastres et de la Semanah annonce ce lundi matin 16 Août 2021 à 9h00 Am le niveau de Vigilance orange (i.e. risque d’impact d’intensité modérée à fortes) face aux ménaces de fortes pluies, de forts vents et des conditions de grosses mers sur les régions côtière sud du pays et interdit temporairement les opérations de cabotages dans le sud pendant le passage de cette dépression.

Le SPGRD de concert avec l’UHM et la DGPC demande aussi à la population Haïtienne de faire preuve de prudence et de rester à l’écoute des bulletins météorologiques de l’UHM et des conseils des autorités de leurs zones respectives pour savoir les comportements à adopter à l’occasion du passage de cet évènement cyclonique.

Pour savoir quoi faire en cas de cyclone, cliquez ici.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation #3 du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

Faits saillants

Un séisme de magnitude 7.2 a été enregistré, ce samedi 14 août aux environs de 8h 30, dans la région Sud du pays. Le tremblement de terre a eu lieu à 13 km au sud-sud-est de Petit Trou de Nippes, département des Nippes, à 10 kilomètres de profondeur. Il a été suivi d’autres répliques.

Le bilan humain du tremblement de terre est passé en début de journée du 15 août à 724 morts : 500 dans le Sud, 100 dans la Grand’Anse, 122 dans les Nippes et 2 dans le Nord’Ouest. Plus de 2 800 blessés sont enregistrés dans les départements du Sud, des Nippes et de la Grand’Anse.

Les premières interventions, menées tant par les sauveteurs professionnels que par des membres de la population ont permis d’extraire de nombreuses personnes des décombres. Les hôpitaux continuent de recevoir des blessés.

Au niveau de l’habitat, 7 369 maisons sont détruites et 4 852 maisons endommagées dans les 3 départements les plus affectées (Sud, Grand ’Anse et Nippes). De nombreux bâtiments publics (hôpitaux, écoles, hôtels, églises, entreprises privées…) ont subi des dommages ou se sont effondrés.

Plus de 14 000 familles sinistres déjà enregistrées dans les 3 départements les plus touchés, alors que les évaluations se poursuivent.

La population de Pestel est confrontée à un besoin urgent d’eau, tant pour la boisson que pour d’autres usage.

Les équipes de la Protection civile sont à pied d’oeuvre à travers tous les départements mais surtout ceux les plus affectés. La Direction de la Protection Civile (DPC) invite la population à garder son calme et à ne pas se fier aux rumeurs.

Situation météorologique

Le pays est en vigilance jaune depuis ce dimanche matin face aux menaces de fortes pluies et de forts vents que pourrait occasionner le passage de la tempête tropicale Grace dans le Nord d’Haïti au cours de la nuit de lundi à mardi.

Ce système pourrait toucher d’autres régions du pays et donner lieu à des rafales de vents sou-tenus et spontanés, ainsi que des averses orageuses pouvant cumuler entre 75 et100 millimètres de pluies par endroits dans les plaines, et jusqu’à 150 millimètres sur les hauteurs, notamment au niveau de la presqu’île du Sud. Des conditions de grosses mers sont également prévues sur la côte Nord.

Dimanche en milieu de journée, le centre du cyclone se trouvait au sud de Porto Rico et s’apprêtait à traverser la République dominicaine au cours de la nuit et durant la journée de lundi. En Haïti, le temps était nuageux dans la Grande-Anse mais peu nuageux sur les autres départements. Les alizés restent variables à faibles sur tout le territoire national.

Actions entreprises

Les aires Coordination, Information et analyse et Information du public du centre d’opérations d’urgence national sont activées depuis samedi matin. La mobilisation a été effective dès la réception des premières informations concernant l’impact et la permanence est décrétée. La communication est maintenue avec la hiérarchie du Système national de gestion des risques de désastre, ainsi que les coordinations départementales de gestion des risques de désastre.

Une équipe multidisciplinaire a été constituée pour assurer l’évaluation rapide des dégâts.

L’Aire Information du public, aidée par les équipes départementales, continue de diffuser les informations actualisées et utiles pour la population, au fur et à mesure que les données de terrain remontent. Elle assure une forte présence sur les nouveaux médias, relayés par les médias traditionnels.

Une conférence de presse s’est tenue dimanche à la mi-journée au Centre d’opérations d’urgence national, sur l’état de la situation et les dernières dispositions gouvernementales.

Des agents et brigadiers de la Protection civile sont déployés sur le terrain pour les premières évaluations, tandis que des équipes spécialisées conduisent des opérations de recherche et sauvetage au niveau des départements les plus impactés.

Une équipe de 55 techniciens du Ministère des Travaux publics, Transports et Communication (MPTC), de brigadiers de la Protection civile et de militaires ont été dépêchés pour participer aux opérations de recherche et de sauvetage dans le Sud.

Le Ministère de l’Environnement a procédé au déploiement de 30 agents environnementaux répartis dans les trois départements les plus touchés. Il a mis à disposition de deux chargeuse-pelleteuse (backhoe loader), 2 camions-bascules, 1 compressif et des opérateurs en vue d’assurer la gestion des débris/décombres dans les Nippes et la Grand’Anse ;

Quatre points de rassemblement sont actuellement gérés dans la ville des cayes : terrain Gabion, place d’armes des Cayes, terrain Papa Numa et église Mormon. Des évaluations sont en cours pour enregistrer le nombre de personnes dans ces points de rassemblement.

Le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) appelle les citoyens à faire don de leur sang pour faciliter l’apport de soins aux victimes.

Plusieurs hôpitaux privés ont mobilisé leurs structures pour accueillir gracieusement les per-sonnes blessées dans le tremblement de terre, qui leur seront référées. C’est le cas du réseau hospitalier DASH et de l’hôpital Adventiste, qui se trouve à Diquini 63, dans la commune de Carrefour. Ce centre a ouvert ses portes pour offrir des soins aux blessés graves.

L’Organisation panaméricaine de la Santé a annoncé que des fournitures et équipements vont être préparés pour répondre aux besoins sanitaires les plus urgents des personnes touchées par le séisme. Une équipe d’experts a été entre temps déployée dans les régions touchées pour l’évaluation des dégâts et des besoins

Une équipe de Médecins sans frontières (MSF) France est déployée à Jérémie dotée d’un kit pour la prise en charge de 200 blessés. MSF Belgique a de son côté organisé, dans son local à Port-au-Prince, une collecte de sang en collaboration avec le Centre national de transfusion sanguine. Une équipe de MSF Belgique, qui comprend 12 médecins, est déployée dans le Sud avec 12 médecins.

Par ailleurs, un camion de MSF est parti avec des intrants médicaux en support à hôpital Immaculée des Cayes, mais aussi à Port-Salut et à Port-à-Piment.

Recommandations

Poursuivre l’évaluation des dégâts sur le terrain et renforcer les équipes départementales notamment au niveau des départements du Sud, des Nippes et de la Grand’Anse ;

Poursuivre la prise en charge des blessés au niveau des centres hospitaliers ;

Poursuivre les opérations d’information du public à travers les médias traditionnels et les médias sociaux.

AGERCA – Haiti : Rapport de situation du tremblement de terre dans le Sud de la Protection Civile

  1. Un séisme de magnitude 7.2 a été enregistré, ce samedi 14 août aux environs de 8h30 du matin, dans la région Sud du pays. Le tremblement de terre a eu lieu à 13 km au sud-sud-est de Petit Trou de Nippes, département des Nippes, à 10 kilomètres de profondeur. Il a été suivi d’autres répliques. La première secousse a été ressentie à travers tous les départements géographiques du pays, selon les informations remontées par les structures de Protection civile.
  1. Le bilan du tremblement de terre a augmenté  et est passé à 227 morts, dont 158 dans le Sud des centaines de blessés et de disparus. Les premières interventions, menées tant par les sauveteurs professionnels que par des membres de la population ont permis d’extraire de nombreuses personnes des décombres. Les hôpitaux continuent de recevoir des blessés.
  1. Les opérations de recherche et sauvetage et la prise en charge des blessés sont pour l’instant la priorité. La direction générale de la Protection civile appelle toutefois la population, très solidaire, à prendre les précautions nécessaires et ne pas se mettre en danger.
  1. Plusieurs bâtiments sont détruits ou endommagés, de nombreuses maisons ont les murs fissurés. Les départements les plus concernés sont le Sud, les Nippes et la Grand’Anse. Les évaluations du bâti se poursuivent sur le terrain.
  1. La route nationale #7, reliant les Cayes et Jérémie, est coupée à hauteur de la rivière Glace en raison d’un glissement de terrain provoqué par le tremblement de terre.  Une opération est en cours pour rétablir la circulation.
  1. La direction générale de la Protection Civile rappelle que ses équipes sont à pied d’œuvre et sont en train de se mobiliser à plein effectif dans les départements les plus affectés (Sud, Nippes et Grand’Anse) pour venir en aide aux victimes et poursuivre les opérations. Elle invite la population à garder son calme et à ne pas se fier aux rumeurs.

Pour savoir quoi faire en tremblement de terre, cliquez ici.

AGERCA – Unité Hydrométéologique (UHM) : Bulletin Spécial de la tempête Tropicale Fred (Vigilance Jaune)

Description :

Tempête tropicale Fred
Localisation :
Latitude 18.0 nord
Longitude 69.1 w
Soit à environs 95 Km au Sud-est de Santo Domingo (République dominicaine) et à environs 330 km au Sud-est de Port-au-Prince (Haïti) ;
Vent max : 65 Km/h
Déplacement : Ouest- Nord-ouest à 26 km/h
Pression Minimale : 1006 HPa

Observations sur Haïti

Temps nuageux sur le Nord et le Nord-est du pays ce matin, ensoleillé ailleurs. Prévision sur Haïti par rapport au passage de la perturbation tropicale Fred La dépression tropicale # 6 s’est transformée hier soir en Tempête tropicale nommée FRED. Selon les prévisions de trajectoires, le Centre de la tempête devrait traverser la République voisine durant la journée de mercredi, elle poursuivra sa route vers la côte Nord d’Haïti dans la soirée du Mercredi à Jeudi.

Malgré la prévision de trajectoire de Fred sur la région Nord du pays, la désorganisation de ce système durant sa traversée sur le territoire dominicain ce mercredi provoquera le détachement de certaines cellules convectives sur la région Sud du pays également. Par conséquent, des averses orageuses et des rafales de vent spontanées avec des risques d’inondation, d’éboulement et de glissement de terre sont prévues sur presque tout le pays.

En conséquence, l’UHM du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) de concert avec la Direction de la Protection Civile et le SPGRD du Plan National de Gestion des Risques et des Désastres maintient ce Mercredi 11 Août 2021 à 9h00 AM le niveau de Vigilance Jaune (i.e. risque d’impact d’intensité Faible à modérée) face aux menaces de fortes pluies et de forts vents durant le passage de ce système au voisinage des côtes nord du pays ce soir et demain matin.

Le SPGRD de concert avec l’UHM et la DGPC demande également à la population Haïtienne de faire preuve de prudence et de rester à l’écoute des bulletins météorologiques de l’UHM et des conseils des autorités de leurs zones respectives pour savoir les comportements à adopter à l’occasion du passage de cet évènement cyclonique.

Pour savoir quoi faire en cas de cyclone, cliquez ici.

La résilience de la compagnie DIGICEL Haïti : un modèle à exploiter pour réduire la vulnérabilité de votre entreprise

Présentation

Digicel Group est une entreprise qui évolue dans le secteur des télécommunications au niveau de la Caraïbe, de l’Amérique centrale et de l’Asie-pacifique. Cette entreprise a été fondée en 2001 par l’entrepreneur Irlandais Denis O’Brien. Elle fournit ses services dans 32 marchés allant de la Jamaïque à Papouasie en passant par le Paname, le Salvador, le Surinam, la Guadeloupe, etc.

La Digicel a commencé à opérer en Haïti en 2006. Elle est membre de l’AGERCA (Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités) qui est une alliance qui regroupe plusieurs entreprises du secteur privé dans l’objectif principal de renforcer la Gestion des Risques de Désastre en Haïti.

Pendant ses 15 ans d’opérations en Haiti, la Digicel a su résister à bon nombre de difficultés qu’elle gère grâce à son système de prévention et sa capacité d’anticipation. Après chaque expérience, les responsables retiennent les leçons pour perfectionner leur système et cela la rend plus forte et plus résiliente face aux différents risques auxquels elle est exposée dans ce pays. Pour développer une culture de résilience au sein des entreprises qui évoluent en Haïti, il serait pertinent de capitaliser sur le modèle de résilience de la Digicel.

Un modèle de résilience physique pour son bâtiment

La résilience physique est la capacité d’un bâtiment à résister à un choc naturel ou anthropique. Avant l’évènement tragique du 12 janvier 2010, la connaissance sur les normes parasismiques n’était pas trop répandue dans les constructions en Haïti même si certaines personnes savaient pertinemment que le pays a un niveau élevé de risque sismique.

Par rapport à ce niveau élevé de sismicité, la construction du bâtiment de 12 étages qui abrite la compagnie Digicel Haïti, a été construite en respectant scrupuleusement les normes internationales parasismiques. En termes de résultat positif, ce bâtiment n’a pas été effondré lors des 35 secondes du séisme de magnitude 7,3 du 12 janvier 2010.

Certainement, il y a eu quelques incidents au niveau du réseau, ce qui est indépendant du bâtiment. Le séisme a touché un des cœurs du réseau, en mettant hors service le système de refroidissement d’un de ses centres de commutation situé à côté du bâtiment, à Turgeau.

Pour renforcer cette résilience, la Digicel a remplacé le centre de commutation qui était en place le 12 janvier par un autre qui peut résister pendant trente minutes à un tremblement de terre de magnitude 10 sur l’échelle de Richter, ce qui n’a jamais encore été mesurée.

Cette décision a montré comment la Digicel met en avant la construction de sa résilience pour être toujours ferme en temps normal comme en pleine crise.

Un modèle de résilience pour les aléas hydrométéorologiques

Le secteur de la télécommunication dans lequel évolue la compagnie Digicel est un secteur très vulnérable face aux risques hydrométéorologiques. Généralement, lorsqu’il y a de forts vents et de pluie diluvienne, on constate parfois des coupures au niveau de la communication dans certaines zones car les antennes et les fibres optiques sont parfois coupés. Mais la rapidité avec laquelle les dégâts sont réparés prouvent encore le niveau de résilience de la compagnie face aux épreuves. C’est le cas lors du passage de l’ouragan Mathew en 2016 dans le grand Sud d’Haïti.

Pour se préparer face au risque que représente les ouragans pour cette entreprise, les responsables ont mis en place un plan de contingence aux ouragans.  Il s’agit d’un processus global de planification d’urgence en cas d’ouragan et couvre la saison cyclonique qui commence le 1er juin et se termine le 30 novembre de chaque année. Ce plan a pour but d’organiser tout le personnel de la Digicel pour se préparer efficacement et, si nécessaire, répondre à toute situation inhabituelle créée par une tempête tropicale ou un ouragan. En termes d’objectif, il vise à minimiser les effets d’un ouragan en atteignant un état de préparation avant l’arrivée de l’ouragan, et pour une restauration/démarrage rapide et efficace de l’entreprise après le passage de l’ouragan.

Un comité de gestion de crise composé d’un représentant ou une représentante de haut niveau de chaque secteur de l’entreprise est à la base du monitoring de ce plan.

Comment la DIGICEL supporte son personnel avant et après un ouragan ?

Afin de réduire l’impact des catastrophes, la Digicel a établi une gouvernance pour renforcer l’état de préparation de la Digicel et améliorer leur support aux employés avant et après une catastrophe.

En termes de support au personnel, avant l’ouragan, la Digicel :

  • Établit et noue des relations avec les fournisseurs de services médicaux ;
  • Identifie les besoins logistiques et les considérations culturelles du personnel ;
  • Planifie des services d’interprétation et de traduction ;
  • Identifie et forme leur personnel de secours pour fournir des conseils, faire le tri des personnes affectées, la sensibilisation et l’éducation lors d’une catastrophe ;
  • Forme les gestionnaires sur la façon d’aider leurs équipes à faire face aux catastrophes.

Après l’ouragan, la Digicel :

  • Donne au personnel des occasions de se réunir ensemble (team building) ;
  • Promeut la disponibilité de ressources d’adaptation telles que les psychologues et les médecins, et fournir un accès à ces ressources ;
  • Surveille le stress mental à long terme dans l’environnement de travail et le trouble de stress post-traumatique ;
  • Met en œuvre une directive générale de rémunération pour les marchés affectés ;
  • Offre à tous les membres du personnel éligibles un prêt de secours en cas de catastrophe pouvant aller jusqu’à 3 mois de salaire de base avec un taux d’intérêt de 0%, à rembourser dans un délai de 18 mois ;
  • Accorde à tout le personnel éligible 5 jours de congé supplémentaire à prendre dans les 90 jours suivant la fin de la désignation de sinistre.

Appel à l’action pour construire des entreprises résilientes

Les dirigeants d’entreprise qui évoluent en Haïti savent pertinemment l’exposition et la susceptibilité de ce pays d’être affecté par une menace naturelle ou anthropique. Ils ont grandement intérêt à investir dans la construction de la résilience de leur entreprise face à ces menaces pour éviter toutes situations de détresse qui peuvent causer la fermeture temporaire ou permanente de leur institution.

Ce qui est pertinent dans la démarche de la résilience de la Digicel, les responsables accordent la priorité à leur personnel en leur supportant avant et après un ouragan. Cela montre qu’on ne peut pas construire une entreprise résiliente sans prendre en compte le personnel qui assure les opérations.

Le modèle de résilience de la compagnie Digicel est un modèle à exploiter pour construire celle de votre entreprise. Il faut tout simplement l’adapter à votre secteur d’activité. Si les entreprises en Haïti, notamment les Petites et Moyennes Entreprises (PME) décident d’intégrer cette culture de résilience dans leur plan stratégique annuel, nous aurions une communauté d’entreprise résiliente qui peut résister à toute éventuelle situation de catastrophe.

Dès maintenant, réfléchissez à l’intégrer dans votre plan !!

Sources : UNDRR et DIGICEL