Investir dans la prévention des risques de catastrophe en entreprise, c’est éviter de perdre d‘avantage en situation de crise

Nous vivons dans un monde exposé à différents types de risques comme : les risques naturels, technologiques et anthropiques. Les institutions du secteur privé notamment les PMEs ont toujours tendance à négliger l’effet dévastateur de ces risques sur l’entreprise plus précisément les risques naturels. Par contre, la gestion des risques de catastrophe devrait être une thématique intégrée dans la planification stratégique annuelle de l’entreprise car en ignorant ces risques ils peuvent désorganiser une planification annuelle bien établie et même conduire l’entreprise à la faillite.

Après le séisme du 12 Janvier 2010 en Haïti, un rapport d’étude d’une firme de management et de la continuité des activités, a révélé que 50% des PMEs qui n’avaient pas de Plan de Continuité des Activités (PCA) ont fermé leurs portes définitivement. Pour éviter une telle situation, il faut que les entreprises investissent dans la prévention et la préparation contre ces risques.

Prévenir vaut mieux que réagir

En temps normal, les entreprises ont la possibilité de mettre en place tous les dispositifs nécessaires pour prévenir, préparer et atténuer les risques de catastrophe auxquels l’entreprise est exposée. Parmi les dispositifs, l’entreprise peut décider de :

  1. Mettre en place un Plan de Continuité des Activités (PCA) ;
  2. Planifier des séances de formation pour son personnel sur la Gestion des Risques et des Désastres ;
  3. Pratiquer des exercices de simulation avec son personnel afin de travailler leurs réflexes en cas d’urgence ;
  4. Mettre en place un plan d’évacuation au sein de l’entreprise ;
  5. Faciliter son personnel à avoir un Plan d’Urgence Familial (PUF) ;
  6. Entre autres.

En gestion des risques il faut utiliser la démarche proactive, il ne faut pas attendre que votre entreprise subisse un choc pour réagir. Cette bonne pratique vous évitera de perdre d’avantage et de dépenser beaucoup plus dans la reconstruction ou le renforcement. Les résultats d’une étude faite par Swiss Re, démontre que $ 1 USD investi dans la prévention et la préparation permet d’économiser environ $ 7 USD lors d’une situation de crise.

Une année passée sans être affectée par une situation de crise ne veut pas dire de réduire les dispositifs mis en place car certaines menaces sont imprévisibles comme c’est le cas des séismes. Donc, la gestion des risques de catastrophe au sein d’une entreprise est un travail en permanence. C’est le moment d’agir.

Haïti représentée par l’AGERCA dans une formation sur le Plan de Continuité des Activités en Martinique

Dans le cadre d’un projet d’appui à l’intégration régionale caribéenne sur le phénomène du changement climatique, une séance de formation s’est tenue en Martinique sur le Plan de Continuité des Activités avec des experts du bureau des nations pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR ci-devant UNISDR). Ce projet regroupe 5 pays de la caraïbe : Haïti, Martinique, Saint-Lucia, Dominique et Guadeloupe et il est financé par le gouvernement Français à hauteur de 200.000 Euros. Haïti a été représentée par l’AGERCA, qui est une association du secteur privé Haïtien et de la Société Civile. Elle travaille avec ces deux entités dans le secteur de la Gestion des Risques et des Désastres (GRD) pour leur permettre d’être plus résilientes face aux risques auxquels Haïti est exposée.

Cette formation de formateurs (trices) sur le Plan de Continuité des Activités a été réalisée du 24 au 25 Avril dernier au local de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Martinique (CCIM) dans le but de permettre aux représentants et représentantes des pays de dupliquer cette formation avec les entreprises et les plateformes d’entreprises. Ce qui va permettre aux entreprises d’être plus résilientes face aux risques de changement climatique et géologique ainsi que les risques anthropiques. En 2018, les pertes économiques enregistrées par les catastrophes naturelles et anthropiques s’élèvent à environ 115 Milliards de dollars. De plus en plus les entreprises veulent investir dans la construction de leur résilience car un dollar investit dans la résilience est égal à 105 dollars économisés dans la reconstruction.

Lors du déroulement de cette formation, les formateurs ont partagé des informations sur les différentes stratégies que peuvent utiliser une entreprise pour mettre en place un Plan de Continuité des Activités qui va renforcer sa résilience et aussi à identifier des opportunités lors des situations de catastrophe. Les participants ont aussi partagé leur bonne pratique et leur expérience.
De notre côté, l’AGERCA se donne pour objectif de faire une promotion de grande envergure du Plan de Continuité des Activités en Haïti. Nous allons travailler avec les associations d’entreprise de tous les secteurs et nous allons même travailler avec le secteur public parce que ce n’est pas seulement le secteur privé qui doit avoir un plan pour continuer ses activités, le secteur public aussi doit en avoir.

Cyclones

Le nouveau coronavirus et la saison cyclonique, gérer simultanément les deux dossiers, un casse-tête pour Haïti

Ce 1er Juin marque le lancement officiel de la saison cyclonique qui faut-il le rappeler dure six mois dans notre zone caribéenne. Cette année, cette date critique pour la région tombe en pleine crise sanitaire en Haiti ou la propagation de la COVID 19 s’intensifie. A rappeler que Haiti est le pays le plus vulnérable dans la région caribéenne selon une étude de World Risk Report en 2017 et que le risque cyclonique n’est qu’un des risques sur la longue liste, ou la famine frappe aux portes de millions de foyers.

Comme d’habitude, l’Université Colorado des Etats-Unis fait état de la prévision pour la saison cyclonique 2020. Cette année, l’étude a prévu 21 ouragans dont 3 à 5 ouragans majeurs. Lorsqu’on parle d’ouragan majeur, on se réfère directement à l’Ouragan Matthew qui a frappé le grand Sud du pays en 2016. Les noms des ouragans prévus pour cette année sont les suivants : Arthur, Bertha, Cristobal, Dolly, Edouard, Fay, Gonzalo, Hanna, Isaias, Joséphine, Kyle, Laura, Marco, Nana, Omar, Paulette, René, Sally, Teddy, Vicky Wilfred. A noter que la tempête tropicale Arthur est déjà passée depuis avant le lancement officiel de la saison cyclonique. Donc, elle n’est plus sur la liste pour la période officielle de la saison.

Pendant que nous sommes confrontés à cette pandémie mondiale nous devons rester vigilant et suivre avec la plus grande attention les alertes météorologiques et combiner les efforts. Certains abris provisoires sont utilisés ou en prévision de l’être pour isoler des personnes susceptibles d’être porteuses de la COVID. Hors en cas d’alerte, c’est dans ces derniers qu’on reçoit les personnes qui habitent dans les zones vulnérables aux risques d’inondation, d’éboulement et de glissement de terrain. Il va donc falloir se pencher rapidement sur la problématique et dans tous les cas, nous rappelons que le port du masque surtout en cas de déplacement de masse reste la seule protection efficace.

L’AGERCA, d’une part, fait un appel au gouvernement pour mettre en place au plus vite les mécanismes nécessaires afin de gérer les possibles ouragans qui pourraient frapper Haiti tout en tenant compte de la crise sanitaire. D’autre part, AGERCA rappelle à la population l’importance de respecter les gestes barrières contre le nouveau coronavirus y compris le port du masque dans les lieux publics et de suivre les consignes de sécurité avant, pendant et après un ouragan.

PROC 19 en action à Martissant contre le nouveau coronavirus (note de presse)

La Plateforme de Réponse des Organisations de la société civile à la COVID-19 (PROC19) a lancé 3 jours de sensibilisation et de vulgarisation des gestes barrières dans la communauté de Martissant de concert avec les leaders de la zone. Cette campagne de sensibilisation est appuyée par la DIGICEL membre de l’AGERCA et les autres organisations membres de PROC 19.

Depuis avant l’arrivée de la COVID 19 en Haïti, cette zone est connue comme une zone défavorisée et difficilement accessible mais ceci n’empêche pas à une équipe de terrain de la PROC-19 d’aller les sensibiliser face à cette maladie qui est en train de gagner du terrain dans le pays en n’épargnant personne. Les gens qui vivent dans cette zone marginalisée sont les plus vulnérables en tenant compte de leur condition de vie. C’est pour cela qu’il est extrêmement important d’accentuer la sensibilisation dans ces zones avec une approche sociologique et communautaire appropriée à leur condition de vie.

Les agents de terrain de PROC 19 ont sillonné de corridor en corridor pour distribuer des masques et des bouteilles de chlore tout en vulgarisant les consignes de sécurité à respecter et en aspergeant les surfaces les plus exposées. Ils ont aussi visité les marchés publics afin de sensibiliser les personnes qui frequentent cet endroit. Cette initiative a été accueillie chaleureusement par la population de cette zone même si la satisfaction est limitée par rapport au grand besoin de cette couche de la population.

Selon le Président de l’AGERCA et Co-Coordonnateur de la PROC 19, M. Gerard LABORDE, cette sensibilisation à Martissant est un exercice pilote pour évaluer la stratégie de toucher les populations les plus vulnérables à la COVID 19. Donc, cette campagne de sensibilisation va être analysée pour identifier les points forts et les points à améliorer lors des autres prochaines campagnes dans les autres zones.

Le travail de sensibilisation est une lourde charge qui nécessite beaucoup de ressources. Donc, la PROC 19 est ouverte à toutes organisations de la société civile qui veulent se joindre à nous dans le but de mener cette bataille ensemble et avoir des résultats plus satisfaisants. A rappeler que la PROC 19, une initiative de la société civile mise en place conjointement par le VDH (Volontariat pour le développement d’Haïti) et l’AGERCA (…), a été lancée officiellement le vendredi 8 Mai avec une conférence de presse.

« Danje a pou nou tout, an nou bare COVID 19 »

Retrouvez-nous sur Facebook: www.facebook.com/proc19haiti / et suivez-nous sur Twitter: @proc19haiti et Instagram: @proc19haiti

Changement Climatique : L’AGERCA et la Croix Rouge Française sensibilisent le Secteur Privé

Le changement climatique est un phénomène qui a une grande importance pour le monde entier par rapport à l’impact qu’il peut avoir sur les êtres vivants de la terre. Selon un rapport de l’ONU, le changement climatique pourrait coûter 80 millions Continue reading “Changement Climatique : L’AGERCA et la Croix Rouge Française sensibilisent le Secteur Privé”

12 Janvier 2010 – 12 Janvier 2020 : Une décennie pour la catastrophe causé par ce tremblement de terre mais nous sommes plus vulnérable face à ce risque qu’avant

La 2e décennie de ce 21e siècle était marquée pour Haïti par une tragédie qui laisse une trace indélébile dans la tête de la population haïtienne et même dans le monde. Cette tragédie était un tremblement de terre de magnitude 7.2 sur l’échelle de Richter qui a causé la mort à environ 220.000 personnes et une perte économique qui a évolué à plus de 7.804 milliards de dollars US, selon le gouvernement. Ce tremblement de terre est considéré comme l’une des catastrophes les plus meurtrières au cours du 21e siècle.
Avant cette catastrophe, beaucoup de personnes n’ont rien su sur ce que c’est un tremblement de terre ou ils ont entendu parler sans donner une grande importance à ce phénomène naturel. Un tremblement de terre est un phénomène naturel qui se produit tous les jours à travers le monde. Il devient très dangereux par rapport aux constructions anarchiques qui se font dans zones d’activités sismiques. Après 12 janvier 2010, cette catastrophe a réveillé la conscience de toute la population Haïtienne face au risque de tremblement de terre. Actuellement, il y a une forte différence entre la connaissance de la population Haïtienne avant et après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Mais ceci ne justifie pas que le pays est prêt pour recevoir un tremblement de terre de magnitude 6.1, voire 7.1. Le niveau de connaissance se limite à la thématique « Tremblement de terre » tout simplement mais pas à un niveau profond pour connaitre et respecter les consignes de sécurité en cas de tremblement de terre.
C’est nettement évident, tout le monde peut constater qu’une décennie après Haïti n’est pas du tout près pour une faible magnitude d’un tremblement de terre. Les constats nous poussent à même dire que les dégâts peuvent être plus catastrophiques avec la même magnitude du 12 Janvier 2010. Ce constat est fait par rapport à l’amplification des constructions anarchiques dans tout le pays notamment avec la migration de la population dans les grandes villes du pays. Avant 12 Janvier 2010, selon l’IHSI, la population de la zone métropolitaine était estimée à environ 2.5 millions habitants. La migration vers les différentes provinces du pays et la perte en vie en vie humaine causée par cette catastrophe ont causé une réduction considérable dans la population de la zone métropolitaine. Une décennie après, c’est-à-dire 12 janvier 2020, le retour de la migration et une forte natalité ont augmenté à 3 millions cette population et surtout avec une mode de vie précaire.
L’évidence de la vulnérabilité d’Haïti s’explique aussi par la présence des résidus et des bâtiments fissurés depuis 12 janvier 2010. Le pire dans tout ça, ces bâtiments fissurés sont abrités par des gens et il y même des marchandes qui vendent en dessous de ces constructions fissurés. En outre, si on regarde au niveau des différents bidonvilles de la zone métropolitaine, on peut vite déterminer l’ampleur des dégâts d’un séisme.
Par ailleurs, il y a beaucoup d’efforts qui se sont consentis au sein du Système National de Gestion des Risques et des Désastres (SNGRD) au cours de cette décennie pour réduire les risques de catastrophe notamment le tremblement de terre. Parmi les efforts, nous pouvons citer : Beaucoup d’études géologiques ont été réalisées ; actuellement, il est possible d’enregistrer les secousses de faible magnitude ; beaucoup d’exercices de simulation (SIMEX) sont réalisés sur le tremblement de terre ; beaucoup d’actions de sensibilisation sont menées à travers le pays ; mise en place d’un guide de construction parasismique ; entre autres. Tous ces efforts ne nous empêchent pas de dire qu’il reste beaucoup à faire pour arriver à rendre le pays très résilient face au risque de tremblement de terre que nous sommes exposés. A rappeler qu’Haïti se situe sur une zone d’activités sismiques très active avec deux grandes failles : La faille Septentrionale traversant le grand Nord et la faille Enriquillo traversant le grand Sud ainsi que d’autres petites failles qui traversent le pays.
Il est extrêmement important de projeter à la fin de cette 3e décennie d’avoir une population haïtienne très résiliente face au risque de tremblement de terre. Pour ce se faire, il y beaucoup de dispositifs et mécanismes qui doivent être mis en place notamment la légalisation du Système National de Gestion des Risques et des Désastres (SNGRD) et l’intégration dans le cursus scolaire le programme de Gestion des Risques et des Désastres (GRD). Par ailleurs, chaque personne qui vit sur ce territoire a aussi sa responsabilité pour la construction de cette résilience. Cette responsabilité commence par la mise en application et le partage des consignes de sécurité. L’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) qui est la représente du secteur privé et la société civile dans le Système National de Gestion des Risques et des Désastres (SNGRD) sera toujours disponible pour accompagner toute la population notamment les entreprises dans la construction de cette résilience.

Lancement du grand concours sur la protection de l’environnement

La Alternative Insurance Company (AIC) de concert avec la Direction de la Protection Civile (DPC), l’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) et le Centre d’Entrepreneuriat et de Leadership en Haïti (CEDEL) a lancé la 3e édition de l’ATHENA qui est un grand concours sur la protection de l’environnement. Le thème retenu pour cette année est le suivant : « Agissons pour un changement de comportement et de transfert de risques ».
Le concours de cette année vise à travailler avec un réseau d’écoles dont dispose le CEDEL, l’un des partenaires de ce projet. La DPC et l’AGERCA vont travailler de concert dans le cadre de la formation en gestion des risques et des désastres des équipes participantes. Pour la troisième année consécutive, c’est un honneur pour l’AGERCA d’appuyer techniquement et de participer à la réalisation du projet ATHENA. Parmi les écoles de ce réseau nous pouvons citer : Le lycée Daniel Fignolé, le lycée Toussaint Louverture, le lycée Alexandre Pétion, le Collège Marie-Anne, le Collège Dominique Savio, l’école Acacia, le Collège Méthodiste de Frères et les autres. Dans le cadre de ce projet, les équipes auront à identifier une menace que fait face dans leur communauté et monter un projet pour permettre à leur communauté d’être plus résilience par rapport à cette menace.
Ce projet est un effort concret du secteur privé haïtien de contribuer dans la réduction des risques de catastrophe tout en impliquant la participation directe du secteur éducatif. En termes de responsabilité sociale des entreprises notamment dans la Gestion des Risques et des Désastres par rapport à la vulnérabilité d’Haïti, la AIC prend le dessus avec son implication dans ce secteur. De ce fait, l’AGERCA invite les autres entreprises d’une part à intégrer cette association (AGERCA) et d’autre part à s’impliquer activement dans la Gestion des Risques et des Désastres parce que Pwoteksyon Sivil se nou tout et danje a pou nou tout !

La plateforme internationale du secteur privé « ARISE » lancée en Haïti par l’AGERCA, la DPC, et l’UNISDR

L’Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuité des Activités (AGERCA) de concert avec la Direction de la Protection Civile (DPC) et le Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophes (UNISDR), a lancé l’initiative ARISE en Haïti les 21 et 22 Mars derniers. En vertu de la Déclaration de Coopération signé par ces trois acteurs lors du lancement, le Réseau national ARISE sera piloté par l’AGERCA qui joue le rôle de Point Focal pour Haïti vis-à-vis au Réseau Mondial ARISE. Cette initiative a pour mission de créer des sociétés résilientes aux risques de catastrophes tout en dynamisant la collaboration du secteur privé et du secteur public et d’autres parties prenantes pour réussir l’objectif du cadre de Sendai: sensibiliser aux risques de catastrophe ; inciter la population à intégrer dans ses activités la réduction des risques de catastrophe pour sa résilience ; partager les connaissances entre les entreprises du secteur privé qui encouragent la réduction des risques de catastrophe dans leurs secteurs respectifs ; assurer la promotion du travail collaboratif et les partenariats public-privé ; et associer l’expertise du secteur privé à l’appui des plans nationaux visant à mettre en œuvre le cadre de Sendai.
A titre d’information, ARISE a été créée en 2015, à Genève, et compte actuellement plus de 140 sociétés et entreprises présentes dans plus de 150 pays à travers le monde. “ARISE” s’inscrit dans l’implémentation du “Cadre de Sendai (2015-2030)” qui cherche à renforcer le partenariat public-privé de sorte à ce qu’il devienne plus solide et efficace dans le domaine de la réduction des risques de catastrophes. Le Cadre de Sendai promeut fortement un plus grand investissement technique et financier du secteur privé dans les actions de réduction des risques de catastrophe.
Le lancement de ARISE en Haïti a débuté avec deux journées de formation pour les entreprises membres de l’AGERCA ainsi que les potentiels membres, sur l’analyse de la rentabilisation de la réduction des risques de catastrophes au sein des entreprises privées en Haïti. Cette formation a été animée par des formateurs de l’Institut Global d’Education et de Formation (GETI) basé à Seoul, en Corée du Sud. GETI est une institution de recherche spécialisée qui travaille en appui au Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophes (UNISDR). Cette formation de renforcement de capacité technique a été basée sur la construction de la résilience des entreprises en Haïti et l’identification des opportunités d’affaires lors des catastrophes.
L’AGERCA étant que la représentante du secteur privé des affaires au sein du Système National de Gestion des Risques et des Désastres, invite les autres entreprises à retrouver le groupe afin de participer dans la construction de la résilience des entreprises en Haïti.